Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

jeudi 23 novembre 2006

Le plus long match de boxe

Le 6 avril 1893 les deux challengers au titre de champion poids léger, Jack Burke et Andy Bowen, ont livré le match le plus long de l'histoire de la boxe (avec gants) : 7 heures et 19 minutes de combat, pour 111 rounds. Le match fut officialisé "No Contest" par l'arbitre John Duffy lorsqu'il constata qu'à la 111ème reprise, aucun des deux participants n'était en mesure de continuer le combat.

Dans quel contexte s'est déroulé ce match? Précédemment, l'ancien champion Jack McAuliffe s'est retiré, invaincu dans la défense de son titre de champion poids léger. Le match censé déterminer lequel des challengers du moment méritait le plus ce titre laissé vacant, prit donc part à la Nouvelle-Orléans, le 6 avril 1893. "Texas" Jack Burke, alors âgé de 24 ans, rencontrait Andy Bowen, 26 ans. Le gagnant serait promu au titre de champion des poids légers, en même temps qu'il recevrait une somme confortable pour l'époque, de 2500 dollars.
 
Andy Bowen (à gauche) & Jack Burke (à droite)   
Débutant en soirée, les premiers rounds furent à l'image de l'ensemble du combat : aucun des boxeurs ne voulait laisser l'avantage dans une véritable rixe à couteaux tirés. Les rounds se succédèrent sans qu'on puisse en déterminer l'issue. Après 7h19 de combat ponctuées en 110 rounds (3 minutes chacun),  les combattants n'en peuvent plus, ils sont tuméfiés et fatigués. A la 111ème reprise, chacun des challengers reste dans son coin à l'appel de l'arbitre, signifiant ainsi leur abandon simultané. Malgré la vaillance de chaque boxeur, l'arbitre est obligé de déclarer le match "No Contest", c'est-à-dire sans vainqueur ni vaincu, No contest signifiant "comme si le match n'avait jamais eu lieu".

Et pourtant, non seulement il eu lieu, mais il laissa des traces tant dans l'histoire de la boxe que dans la vie des deux hommes. Jack Burke avait à la fin du combat la majorité des os des deux mains brisés, et envisagea de mettre fin à sa carrière de boxeur. Bien que quelques autres rencontres eurent lieu par la suite, jamais il ne put atteindre son niveau précédent. Andy Bowen, quant à lui, tenta de continuer sa carrière de boxeur en remontant par ailleurs sur le ring face à Jack Everhardt le 31 mai suivant. Le match fut à nouveau d'une longueur incroyable, de 5h35 minutes, à l'issue desquelles Andy gagna par KO mais remit un an avant de reprendre la boxe en match officiel. Ces deux matchs l'avaient durement touché. A l'issue d'un KO infligé par Georges Kid Lavigne le 14 décembre 1894, Andy chuta tête la première sur le sol et mourut le lendemain des suites de ces blessures, ne s'étant jamais réveillé après le KO.

Le match opposant Jack Burke et Andy Bowen est resté célèbre comme étant l'un des matchs les plus long de l'histoire du combat, au point d'avoir une date de début et de fin différente : commencé en soirée le 6 Avril 1893, il s'est terminé dans la matinée nocturne du 7 avril 1893 !

dimanche 15 octobre 2006

15 octobre 1582 : Naissance du calendrier grégorien



Résultat de recherche d'images pour "15 octobre 1582"

Le lendemain du jeudi 4 octobre 1582, les Romains se réveillèrent le vendredi... 15 octobre 1582. Cette nuit du 4 au 15 octobre 1582 avait été choisie par le pape Grégoire XIII pour l'entrée en application de sa réforme du calendrier julien, ainsi nommé d'après Jules César. 


 

  • La réforme de Jules César
À Rome, l'année débutait en mars et comportait 355 jours et dix mois.
Les Romains payaient leurs dettes au début de chaque mois, ces jours étant appelés calendes (ou calendae). D'où le mot «calendrier» qui désigne le registre où sont inscrits les comptes puis la mesure du temps elle-même.
En 46 avant JC, Jules César donne à l'année 365 jours et 12 mois. Il la fait débuter le 1er janvier et prévoit des années bissextiles. Ce nouveau calendrier est dit julien en référence à son promoteur. L'Église, au Moyen Âge, lui demeure fidèle tout en faisant remonter le décompte des années à la naissance du Christ (ce décompte s'est aujourd'hui imposé à toute la planète).
Mais sous la Renaissance, les astronomes s'aperçoivent que l'année calendaire dépasse l'année solaire de... 11 minutes 14 secondes. Le cumul de cette avance quinze siècles après la réforme julienne se monte à une dizaine de jours avec pour conséquence de plus en plus de difficultés à fixer la date de Pâques !

  • La réforme de Grégoire XIII
Grégoire XIII décide donc d'attribuer désormais 365 jours, et non 366, à trois sur quatre des années de passage d'un siècle à l'autre. Les années en 00 ne sont pas bissextiles sauf les divisibles par 400 : 1600, 2000, 2400...
Cette modeste réforme ramène à 25,9 secondes l'écart avec l'année solaire (une broutille).
Par ailleurs, le pape décide de rattraper les dix jours de retard du calendrier julien entre le 4 et le 15 octobre 1582.
La réforme va s'étendre peu à peu à l'ensemble des pays. Le calendrier grégorien est aujourd'hui d'application universelle ou à peu près.

Résultat de recherche d'images pour "15 octobre 1582"

mardi 20 juin 2006

Ce village espagnol a été construit sous un rocher !


View of historic center in Setenil de las Bodegas, Spain


Le petit village de Setenil de las bodegas se situe au sud de l’Espagne non loin de la province de Cadix.
Ce village abrite 3000 habitants et sa particularité notoire est d’avoir été construit sous un rocher. Il s’agit là d’une des attractions touristiques les plus célèbres de la région menant à la création de cartes postales et à l’arrivée de photographes professionnels. À certains endroits, les rochers passent au-dessus de certaines rues.
Ce village a été bâti au Moyen-âge et a su résister à tous les assauts qui auraient pu le détruire. De ce fait, il conserve l’authenticité du village traditionnel espagnol. Certaines habitations n’ont pas de toit à proprement parler, le toit étant constitué à partir de la roche présente au-dessus.
La rivière qui traverse la ville a creusé avec le temps une faille où de grosses gorges et crevasses ont pu servir à la création de maisons spécifiques.


vendredi 3 mars 2006

Combien de fois peut-on réellement replier un papier sur lui même ?

La légende veut qu'on ne puisse plier que 7 fois une feuille de papier sur elle-même. Cet état de fait viendrait d'un effet classique, la multiplication exponentielle (de base 2) de l'épaisseur de papier à plier : 1 épaisseur au premier pli, puis 2 épaisseurs au deuxième pli, 4 au troisième... et enfin 64 au septième. 
Il est effectivement quasi-impossible de plier jusqu'à une épaisseur 128 fois plus grande que la feuille originale... à condition d'une feuille classique, par exemple A4, que l'on plierait une fois dans un sens, la fois suivante dans le sens qui lui est perpendiculaire, et ainsi de suite.

Mais il n'est pourtant pas interdit de plier plusieurs fois dans le même sens la feuille afin d'augmenter le nombre de pli possibles. C'est ce qu'a démontré lors de sa thèse, et lors de l'émission Mythbuster (Janvier 2002) la mathématicienne Britney Gallivan, avec une feuille incroyablement longue de... papier toilette!
 
Britney Gallivan et son record 
L'opération lui a coûté 85$, pour 1200 mètres de papier toilette, qu'elle réussit alors à plier 12 fois dans le sens de la largeur. Non seulement elle apportait ainsi la preuve empirique qu'il est possible de plier plus de 7 fois une feuille de papier, mais elle développa une équation permettant de déterminer la longueur nécessaire d'une feuille de papier pour que celle-ci puisse être pliée en deux, ou autant de fois qu'on le veut. 

En pratique, une feuille doit être un peu plus de 3,14 fois plus longue qu'épaisse pour être pliée en deux. Pour être pliée en quatre, une feuille devra donc être un peu plus de deux fois plus longue, sachant qu'au deuxième pliage, l'épaisseur aura doublé.

A partir de cette constatation, on peut déduire facilement la longueur d'une feuille pour que celle-ci puisse être pliée n fois, toujours dans le même sens.


Notes : L est la longueur minimum de la feuille, t est son épaisseur et n, le nombre de pliages.

Si en théorie, il n y a pas de limite au nombre de pliages possibles, la pratique ne permet pas d'envisager un nombre de pliages supérieur à 15 ou 16 : d'une part, les forces exercées lors du pliage viendront immanquablement à briser la feuille de papier, d'autre part, avec le nombre de pliages, la longueur nécessaire croît de manière exponentielle. Une feuille de papier d'épaisseur 0,1 mm, pliée 51 fois, serait plus épaisse que la distance Terre-Soleil. Et sa longueur initiale serait nettement plus importante...

lundi 2 janvier 2006

Les jours qui n'existèrent jamais

Au 16ème siècle, tous les registres du 5 au 14 octobre 1582 sont vides. Aucun mort, aucune naissance, aucun évènement... et pour cause : ces jours n'ont jamais existé!

En 46 avant J.C, Jules César donne 365 jours et 12 mois aux années, prévoit des années bissextiles et fait débuter l'année le premier Janvier (rien à voir donc, avec la naissance du petit Jésus). L'Église, au Moyen-Age, usurpe le calendrier en lui rajoutant quelques années, afin de donner plus de fondement à la religion chrétienne. Vint alors la Renaissance et les grands noms de l'astronomie qui notent un hic : l'année julienne dépasse l'année solaire de 11 minutes et 14 secondes. Le clergé n'aurait peut être pas relevé la chose si elle ne posait également un problème à l'Église : avec le temps qui passe, le clergé a de plus en plus de mal à placer correctement le Lundi de Pâques (qui n'est même pas une fête chrétienne!).

Le Pape Grégoire XIII décide alors d'instaurer les années telles qu'on les connait presque partout aujourd'hui : trois années de 365 jours et une de 366, avec la première année de chaque siècle bissextile uniquement si divisible par 400. La manœuvre permet de faire correspondre à 26 secondes près, les années calendaires et les années solaires. Reste un problème : le cumul de 16 siècles dans l'erreur a généré un retard de près de 10 jours... Que le Pape décide purement et simplement de supprimer. Ainsi, tous les hommes qui se sont endormis le 4 octobre se sont réveillés le 15 octobre, le lendemain. Tous? Thérèse d'Avila, une sainte catholique, n'a pas vu la nouvelle ère grégorienne : elle est morte dans la nuit du 4 au 15 octobre! 

Tous les pays ne se sont pas mis au nouveau calendrier tout de suite. La France a adopté le nouveau calendrier à partir du 9 décembre, passant directement le jour d'après au 20 du même mois.  Ces différences de changement eurent des effets insolites : les anglicans ayant toujours l'ancien calendrier julien au moment de son décès, Shakespeare mourut à la même date que Cervantès, mais pas le même jour...