Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

jeudi 18 janvier 2018

Quels sont les aliments qui tachent les dents ?




Avec le temps, notre dentition tend à jaunir, même avec des séances régulières de détartrage chez le dentiste.

Le café

C'est sans doute l'aliment le plus connu pour colorer les dents. En effet, la caféine et les tanins attaquent l'émail, première surface de la dent extrêmement poreuse qui absorbe très facilement les aliment que nous consommons. Quand l'émail s'abîme, la couche inférieure appelée dentine apparaît, avec sa couleur naturellement jaune. Pour limiter la coloration des dents, mieux vaut donc se cantonner à quelques tasses par jour (3 maximum). 

Résultat de recherche d'images pour "le café"


Le thé

Tout comme le café, le thé est pourvu de tanins, qui ont pour effet d'acidifier l'émail et donc de tacher les dents. Là encore, nul besoin de stopper totalement votre consommation de thé, mais simplement de la réduire autant que faire se peut.





Les betteraves

S'il vous est déjà arrivé de tacher un vêtements blanc en faisant tomber une betterave dessus, cela vous donne une petite idée de l'effet que ce colorant naturel peut provoquer sur votre jolie dentition. L'astuce pour limiter les dégâts ? Lavez-vous les dents le plus rapidement possible après avoir mangé un plat à base de betteraves.

Résultat de recherche d'images pour "betterave"



L'eau gazeuse

Aussi surprenant que cela puisse paraître, plusieurs professionnels de santé alertent sur l'effet néfaste de l'eau gazeuse sur nos dents. D'après les experts, l'acide carbonique présent dans cette boisson contribuerait à l'érosion de l'émail. Si vous ne pouvez pas vous passer d'eau pétillante, essayez toutefois d'alterner avec de l'eau naturelle pour préserver vos dents.


Résultat de recherche d'images pour "eau gazeuse"



Le vin rouge

Tout comme le thé, le vin rouge comporte des tanins, des composés qui dans ce cas précis, se trouvent dans la peau des raisins. Les autres vins (blanc, rosé, champagne) en sont dépourvus (à l'exception de certains vins rosés), ce qui explique pourquoi le rouge est la seule couleur qui peut nuire à la blancheur de nos dents. Pour éviter que vos dents se colorent, vous pouvez entrecoupez votre dégustation par des verres d'eau (également indispensables pour prévenir la gueule de bois). Et bien sûr, brossez-vous soigneusement les dents afin d'éliminer toute trace éventuelle.


Résultat de recherche d'images pour "vingt rouge"



Le vinaigre balsamique

De la même manière que le vin, le vinaigre balsamique très coloré et acide, laisse de vilaines traces sur les dents. Pour limiter la coloration, certains dentistes conseillent de consommer le vinaigre avec une feuille de laitue afin de protéger votre émail contre l'acidité.




Le curry
Au vu de sa couleur, on comprend aisément pourquoi cette célébrissime épice indienne a tendance à colorer nos dents. En effet, qu'il soit jaune, rouge ou vert, le curry présente une teinte marquée et laisse donc quelques empreintes sur notre dentition, sans compter que cette épice présente également un caractère acide. Un bain de bouche quelques heures après la consommation peut s'avérer efficace pour effacer les traces. Certains conseillent d'accompagner la dégustation de curry de fruits frais. Pas certain en revanche que les fines bouches apprécient cette association pour le moins étrange...


Résultat de recherche d'images pour " curry"



La sauce tomate

Rouge, acides, et riches en glucides. Voici un tiercé pas vraiment gagnant pour nos dents. Aussi savoureuse soit-elle, la sauce tomate n'est donc pas sans conséquence pour notre émail. Pour les férus de sauce tomate, sachez que le fait de manger des brocolis pourrait réduire l'acidité de la tomate et donc préserver notre sourire.


Résultat de recherche d'images pour " La sauce tomate"



La sauce soja

Similaire (en apparence) au vinaigre balsamique, cette sauce salée chinoise fabriquée à partir de graines de soja présente une forte tendance à la coloration. Seule solution pour éviter une coloration à long terme : bien se laver les dents après en avoir consommé. 


Résultat de recherche d'images pour "la sauce soja"



Les boissons au cola
Composées de caféine, les boissons gazeuses à base de cola contiennent également de puissants colorants (désignés sous le nom de chromogènes dans le jargon scientifique) qui altèrent considérablement nos dents lorsqu'elles sont consommés à l'excès. Ajoutez à cela les effets néfastes des acides phosphoriques et du gaz carbonique et vous comprendrez aisément pourquoi boissons au cola et sourire éclatant ne font pas bon ménage....

Résultat de recherche d'images pour "Les boissons au cola"

Résultat de recherche d'images pour "Les boissons au cola"


Et d'autres ...



Le baseball est le sport numéro un au Japon / Yakyuu (野球)



 

Introduit dans le pays en 1872, le baseball (Yakyu en japonais) est le roi incontesté des sports au Japon, souvent considéré comme le sport national “officieux”, derrière le Sumo. Sa popularité est telle que le moindre tournoi scolaire est pris très au sérieux. Les championnats de lycéens (ou Koshien) sont suivis par des millions de téléspectateurs chaque été. 
 

mercredi 17 janvier 2018

Oiseaux venimeux, toxiques, vénéneux


Certains oiseaux sont toxiques, et pas qu'un peu! Des membres du genre Pitohuis (le Pitohui bicolore, le Pitohui variable, le Pitohui huppé, le Pitohui châtain et le Pitohui noir) ainsi que l'Ifrita de Kowald, contiennent de l'homobatrachotoxine, dérivée de la batrachotoxine, l'un des poisons animal les plus violents, que l'on retrouve habituellement chez des coléoptères et des batraciens.

Pitohui bicolore 


Résultat de recherche d'images pour "Pitohui huppé"


Pitohui variable  


Résultat de recherche d'images pour "Pitohui châtain"
  Pitohui châtain
Pitohui noir
Ifrita de Kowald

Venimeux, vénéneux, toxique?

L'une des caractéristiques d'un poison est sa toxicité. Un être vivant, qu'il soit venimeux ou vénéneux, constitue ainsi un organisme toxique - ou inoculant des molécules toxiques. La principale différence entre le caractère venimeux ou vénéneux est le mode d'inoculation : actif pour le venin (venimeux), passif pour la substance toxique (vénéneux). Ainsi, le mode d'inoculation d'un venin est relativement direct (morsure, piqûre) quand le mode d'inoculation d'une substance toxique (vénéneuse) est indirect (par ingestion, par contact ou par dépôt). Il existe certains cas limites, dont les oiseaux venimeux/vénéneux comme les pitohuis, ou le Varan du Komodo dont la salive contient des bactéries dangereuses.


Résultat de recherche d'images pour "varan du komodo"
Varan du Komodo
 
L'oiseau vénéneux

En acceptant de définir la nature toxique selon le mode d'inoculation, on considère les Pitohui et l'Ifrita de Kowald comme des animaux vénéneux : ils produisent de l'homobatrachotoxine, un poison très violent habituellement produit par des coléoptères, mais que l'on retrouve également chez des batraciens (sous une forme analogue, batrachotoxine) des familles Dendrobates (grenouilles sud-américaines, notamment Phyllobate terribilis), pourtant très éloignés, du point de vue phylogénétique.

La découverte de la toxicité des pitohuis est fortuite : John Phillip (surnommé Jack) Dumbacher, alors assistant conservateur au Département d'ornithologie à l'Académie des sciences de Californie, fut accidentellement griffé par un pitohui bicolore. Alors qu'il léchait sa blessure, il sentit des picotements et brûlures sur ses lèvres et sa langue, sensations qui durèrent plusieurs heures. Renouvelant volontairement l'expérience en portant à sa bouche une plume de pitohui, il en ressentit les mêmes effets plus fortement : selon son expression, c'est comme s'il mettait la langue sur une pile de 9 volts. Il fit alors part de son étrange découverte, qui constituait une première : aucun oiseau vénéneux n'était encore connu.

Le Pitohui bicolore et ses congénères habitent l'Australie, la Nouvelle Guinée et l'Indonésie. La sécrétion d'homobatrachotoxine provient probablement de leur régime alimentaire, incluant des coléoptères Chorezine dans lesquels on trouve la batrachotoxine. Cette neurotoxine, que l'on trouve également chez les grenouilles sud américaines de la famille des dendrobates est extrêmement puissante : 5 fois plus puissante que le curare, une dose de 100 microgrammes, l'équivalent de deux grain de sel, suffirait à tuer un homme de 68 kg. Il est probable que ce poison agisse très rapidement sur un prédateur qui tenterait de le happer. Ces prédateurs sont d'ailleurs peu nombreux, y compris chez les hommes indigènes, qui considèrent que l'oiseau ne doit pas être mangé sans être spécialement préparé. Il semble même que cette technique chimique défensive soit si efficace que certains oiseaux lui ressemblant, imitent son cri afin de passer pour un pitohui vénéneux et éviter la prédation!

La vidéo suivante montre une interview de Jack Dumbacher, narrant sa découverte, et des photos de pitohui. 


mardi 16 janvier 2018

L'histoire méconnue de la Pologne pendant la Seconde Guerre mondiale



L'histoire méconnue de la Pologne pendant la Seconde Guerre mondiale
Le général polonais Władysław Sikorski  (deuxième à gauche), le Premier ministre britannique Winston Churchill et le général Charles de Gaulle, lors d'une démonstration militaire en février 1941 en Angleterre.


Résultat de recherche d'images pour "Le général polonais W?adys?aw Sikorski"
Le général polonais Władysław Sikorsk


Résultat de recherche d'images pour "churchill"
Le Premier ministre britannique Winston Churchill


Résultat de recherche d'images pour "de gaulle"
Le général Charles de Gaulle

Un travail ambitieux sur l'histoire du pays, et plus largement de l'Europe, dans la Seconde Guerre mondiale, vient d'être présenté à Gdansk. Désormais au pouvoir, les nationalistes menacent ce projet, initié par leurs adversaires. Voici cinq moments, parfois mal connus, racontés dans ses salles.




Résultat de recherche d'images pour "Donald Tusk"
Donald Tusk

En 2008, le très pro-européen Donald Tusk, alors Premier ministre, avait lancé l'idée d'un musée ambitieux qui servirait à raconter l'histoire de la Pologne – et plus généralement de la partie orientale du continent – durant la Seconde Guerre mondiale, mais en n'oubliant jamais de la replacer dans un cadre global et européen.
Celui-ci vient de sortir de terre, à Gdansk, mais ne verra peut-être jamais le jour en l'état. Les populistes au pouvoir sont en train de mettre la main dessus, pour promouvoir leur vision nationaliste étroite d'une Pologne forcément héroïque et martyre, totalement coupée du reste de l'histoire du monde, et particulièrement de l'Europe.

Avant que le projet du musée ne soit dévoyé, voici ce qu'on y apprend.

Dés le début de la guerre, la Pologne n'affronte pas un ennemi, mais deux
Jusqu'au début de l'année 1939, les militaires d'extrême droite qui dirigent la Pologne jouent un jeu dangereux avec le voisin allemand : ils croient possible de s'en faire un allié. N'ont-ils pas signé avec Berlin un pacte de non-agression, puis en 1938, profité de l'effondrement de la Tchécoslovaquie pour en découper à leur profit un morceau de territoire ? Folle imprudence. Hitler finit toujours pas mordre, pour les arracher, les mains qui se sont tendues vers lui.
De son point de vue, la conquête de la Pologne est un élément essentiel du grand projet qu'il nourrit pour l'Allemagne, l'extension de son "Lebensraum", l'"espace vital", où il veut implanter en masse des colons. Par ailleurs, il est exaspéré par le "corridor de Danzig", cette bande d'accès à la mer donnée aux Polonais en 1918 qui coupe en deux la Prusse, c'est-à-dire le territoire allemand, qui s'étendait alors tout le long de la côte baltique.
Le 1er septembre, il lance ses avions et ses chars sur la Pologne. Anglais et Français qui, un an avant, avaient abandonné les Tchèques, se décident enfin à soutenir un allié. Le 3 septembre, en soutien à la Pologne, les deux puissances déclarent la guerre à l'Allemagne et aussitôt… laissent la Pologne se débrouiller toute seule. Sinon une vague offensive française sur la Sarre – vite stoppée, les états-majors jugent prudent de s'en tenir à une attitude défensive, et n'envoient nulle troupe conséquente au secours de Varsovie.

Le pays agressé, pourtant, se bat avec un courage héroïque, luttant pied à pied, défendant ville après ville, n'hésitant pas, comme on le voit sur des images célèbres, à envoyer sa cavalerie affronter les chars allemands. Et comment pourrait-il résister ? Deux semaines après l'attaque allemande entre en scène son deuxième bourreau : les Soviétiques.


La cavalerie polonaise, en septembre 1939.

A la fin août 1939, en effet, a été signé le célèbre "pacte germano-soviétique", marquant l'alliance de Staline et d'Hitler. Il comportait une clause secrète, selon laquelle les deux dictateurs avaient décidé de se partager cette partie de l'Europe. Au titre du marchandage, la Pologne était coupée en deux entre les ogres. Fin septembre, prise en tenailles entre chars russes et allemands, elle est occupée par ses deux nouveaux maîtres qui peuvent l'écraser avec une brutalité dont on a, à l'Ouest, que trop peu idée.

L'inimaginable martyre de la Pologne
Grâce au travail remarquable accompli depuis des années par de grands films (dans la lignée de "Shoah" de Claude Lanzmann) ou de grands historiens, on a désormais une idée assez nette de la façon dont les nazis ont géré ce qu'ils appelaient la "question juive" en Pologne.
Pour Hitler – il l'explique dès "Mein Kampf" –, les juifs sont comparables à des "microbes" qu'il convient d'éliminer purement et simplement. En Pologne, le pays d'Europe où vivait alors la plus vaste communauté juive, cette élimination suit des phases successives.
Dès 1939, les populations sont raflées et enfermées dans des ghettos, quartiers de nombreuses villes délibérément insalubres et trop petits, ce qui permet de commencer à tuer les gens de mort lente, par la faim et la maladie.

Lors du retournement de l'alliance contre les Russes et l'invasion de l'URSS, dans les territoires polonais qui étaient occupés par les Soviétiques, et aussi dans le reste de l'Ukraine, de la Biélorussie, ou des territoires baltes, les nazis procèdent à des exécutions de masse : c'est ce que l'on appelle la "Shoah par balles".
Puis, après 1942, vient la phase dite de la "solution finale", c'est-à-dire le meurtre de millions de gens dans les camps d'extermination, dont la plupart sont situés sur le territoire polonais. Partout, les Tziganes, que les nazis considèrent comme une autre "race" à éliminer de la surface de la Terre, connaissent le même sort.
Moins connu est le sort des autres populations polonaises, essentiellement catholiques, qui sont slaves. Dans la folle hiérarchie raciale d'Hitler, ces Slaves prennent place au-dessus des juifs, mais fort peu… Etres inférieurs, ils n'ont droit d'exister que pour servir les maîtres germaniques. Par ailleurs, selon les plans qu'il prévoit pour l'Europe de l'Est, le dictateur de Berlin entend faire de la majeure partie de la Pologne une terre de colonisation pour les populations allemandes. Les Polonais ont donc vocation à être éliminés, chassés, ou asservis. Dès qu'il devient le patron de la Pologne occupée, le chef nazi Hans Frank déclare : "Les Polonais doivent devenir les esclaves du Grand Reich." Toute l'action mise en place alors montre qu'il compte faire de cette assertion une vérité.



Hans Frank, "bourreau de la Pologne",
lors des procès de Nuremberg, en mars 1946.

Résultat de recherche d'images pour "Hans Frank"

Dès 1939, toute éducation dépassant le niveau de l'école élémentaire est interdite. Collèges, lycées, universités, sont fermés, comme les théâtres, comme les bibliothèques. Et tous ceux qui ont un niveau d'instruction supérieur commencent à devenir louches, et à être déportés. Il ne s'agit pas seulement d'occuper un pays, comme cela se passe par exemple en France, il s'agit de l'éliminer en tant que nation.
Presque toujours oubliée, enfin, à cause du renversement d'alliance qui fait de l'URSS, à partir de juin 1941, le principal ennemi des Allemands, la brutalité de l'occupation soviétique de la moitié orientale de la Pologne, de septembre 1939 à juin 1941. Pendant près de deux ans, donc, alors que l'ouest du pays découvrait l'horreur nazie, l'Est endurait le cauchemar stalinien. La terreur n'était pas établie sur la même base : aux principes raciaux d'Hitler, le tyran rouge préférait la sélection selon des critères de classe sociale. Cela balayait large. Il suffisait d'avoir le baccalauréat pour être suspect aux yeux d'un agent du NKVD, la police politique communiste.
Là aussi, est mise à l'œuvre une volonté de briser un pays et d'éradiquer ses élites. Des centaines de milliers de malheureux, coupables d'avoir un diplôme ou d'avoir appartenu à un parti d'avant-guerre, sont déportés vers les camps soviétiques. L'exemple le plus fameux de la terreur stalinienne durant cette époque a lieu à Katyn, une forêt située en Russie, non loin de la frontière, en 1940 : des milliers d'officiers polonais, les mains soigneusement liées dans le dos, sont tués d'une balle dans la tête par les Russes. A l'horreur, les Soviétiques ajoutent un sens consommé du mensonge. Pendant des décennies, Moscou prétendra que ce crime a été commis par les nazis, et n'admettra la vérité qu'en 1990.





Les Polonais ont aussi leur de Gaulle et leur résistance héroïque
En 1939, alors que le pays est envahi, le gouvernement légitime fuit le pays par la Roumanie, et s'exile, d'abord en France, puis, après l'occupation de ce pays, à Londres. Le grand nom du gouvernement en exil est Sikorski (1881-1943), le de Gaulle polonais, un chef militaire admirable doublé d'un authentique démocrate, qui espérait pour son pays une après-guerre heureuse et libérée. Il ne la verra jamais.
En 1943, alors qu'il revient d'une mission d'inspection des troupes polonaises stationnées en Afrique du Nord, son avion sombre en mer, devant Gibraltar. Véritable accident, ou assassinat ? Et par qui ? Par les Russes, parce que Sikorski voulait demander des comptes à propos de Katyn ? Ou – ça a été évoqué aussi – par les Alliés, parce que la colère anti-Russes de Sikorski quand il a appris ce qui s'était passé à Katyn pouvait menacer l'alliance avec Staline ? Le point reste, jusqu'à présent, un mystère.

L
Le général polonais Wladyslaw Sikorski (deuxième à gauche),
le Premier ministre britannique Winston Churchill
et le général de Gaulle, lors d'une démonstration militaire
en février 1941 en Angleterre.


De façon générale, avec ou après Sikorski, l'apport militaire polonais à la guerre a été loin d'être négligeable. Quand Hitler attaque l'URSS, Staline s'entend avec le gouvernement en exil de Londres et fait sortir les déportés polonais des camps pour qu'ils forment une légion polonaise. Elle se bat d'abord à côté de ses troupes, puis on la retrouve sur le théâtre proche oriental. Essentiel aussi est le rôle joué par les divisions polonaises à Monte Cassino (1944), une des victoires alliées les plus difficiles lors de la libération de l'Italie.
Enfin, alors que le pays est écrasé par une occupation dont on a décrit la brutalité, une résistance intérieure se met en place avec une efficacité extraordinaire, allant jusqu'à créer un véritable Etat clandestin, qui fait fonctionner des classes, des universités et même des tribunaux.

Varsovie, ce n'est pas une insurrection, mais deux
Depuis le geste remarquable de Willy Brandt, chancelier allemand, s'inclinant devant le monument rendant hommage à ces combattants (1970), ou depuis le très beau film "le Pianiste" de Polanski (2002), nombreux sont les Occidentaux qui connaissent le grand moment d'Histoire de 1943 : l'insurrection du ghetto de Varsovie.


Le chancelier allemand Willy Brandt s'agenouille
devant le monument aux victimes du ghetto
de Varsovie, le 7 décembre 1970

En avril de cette année-là, las d'être parqués comme des animaux dans des conditions ignobles, décidés à mourir les armes à la main plutôt que d'attendre d'être emmenés au bourreau, des centaines de combattants juifs, avec un héroïsme magnifique et désespéré, déclenchent un soulèvement contre les nazis et réussissent, contre toute attente, à leur résister près de trois semaines, avant d'être écrasés et assassinés jusqu'au dernier.


Des juifs polonais sont emmenés en déportation par des soldats SS, pendant la destruction du ghetto de Varsovie par les troupes allemandes,
après sa révolte en avril et mai 1943.
 

Il est dommage que bien moins de gens, à l'ouest de l'Europe, gardent en mémoire un autre événement important de la guerre, qui a lieu dans la même ville, un an plus tard : l'insurrection de Varsovie, en juillet 1944.
Comme à Paris en même temps, les Varsoviens, voyant peu à peu refluer l'armée allemande, songent à la libération, et, comme à Paris, sont bien décidés à y jouer un rôle. C'est essentiel pour garder sa liberté après la guerre. Hélas pour les Polonais, les choses, de leur côté de l'Europe, ne se passent pas comme de l'autre.
A l'Ouest, de Gaulle, pour la France libre, et les chefs de la résistance intérieure s'entendent pour déclencher, au mois d'août 1944, une insurrection dans la capitale qui permet de faire croire à la France qu'elle s'est libérée elle-même. Le pari était risqué, il a marché : les Allemands ont quitté Paris sans le détruire et les Américains y sont arrivés aussitôt pour éviter que l'ennemi n'y revienne.