Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

lundi 28 mars 2011

Entre 1940 et 1948, période appelée « Aâm L’boun », 200 000 Marocains sont morts de faim et de misère.


La deuxième guerre mondiale qui fait rage depuis septembre 1939, entraîne des besoins grandissants en matières de première nécessité pour la France, qui se tourne vers les colonies, en l’occurrence le Maroc, où elle puise sans compter pour y remédier.
La France, via la Résidence générale, produit très vite un arsenal juridique afin de mobiliser les ressources naturelles et humaines (marocaines) au service de l'effort de guerre. « Des hommes par milliers, des bateaux pleins de vivres ». Voilà ce que donne le Maroc à la France, au début des années 1940. Conséquence logique de l'effort de guerre que le royaume consent à son (protecteur) français : les réquisitions créent une véritable pénurie dans les souks marocains. Une catastrophe (de plus) pour le royaume.
Après sa défaite face à l'Allemagne nazie et l'armistice, la France instaure donc un régime dit de « ravitaillement » qui touche de plein fouet le Maroc. Désormais, la distribution de tous les produits de base est réglementée. Seules les coupures numérotées « l'boun proprement dit » d'un carnet de ravitaillement permettent d'acheter ces matières indispensables à la vie quotidienne. Chaque bon est réservé à un produit contingenté, dont la part est fixée mensuellement. Les rations se réduisent comme une peau de chagrin au fur et à mesure que la guerre s'intensifie.
Evidemment, le carnet de ravitaillement instauré par la Résidence n'est pas à la portée du commun des (indigènes). Délivrés par les autorités locales, les bons sont écoulés à la tête du client, soumis à l'arbitraire des « chioukhs et des moqaddems » dans toute sa splendeur.
Comme les réquisitions et les restrictions se sont renforcées tout au long des années de guerre, la nature et les modalités de prélèvements céréaliers ont fini par attirer, bien évidemment, la cupidité des auxiliaires du Makhzen. « Ils réquisitionnaient souvent plus que les quantités fixées. Parfois même plus que les capacités de production des agriculteurs ». Et comme un malheur ne vient jamais seul, la sécheresse qui sévit entre 1944 et 1945 aggrave la famine et les privations qui font déjà des ravages parmi la population : la production céréalière décline et n'est plus que de 0,5 quintal par tête d'habitant. Le Maroc connaît alors une famine dévastatrice. En échange de bons, les « ruraux » ont droit en tout et pour tout à une moyenne de 50 grammes de pain par jour. Il n'y a rien d'autre pour compléter cette maigre pitance : peu de légumes, pratiquement pas de viande.
D'omnivores, les Marocains, à la ville comme à la campagne, se transforment peu à peu en véritables herbivores. Broutant tout ce qui pousse, ils se rabattent sur les mauvaises herbes comme la « guernina » ou la « hoummida » qu’on cuisine toujours dans certains foyers marocains. Outre le gland et les épinards « bakoula », toutes les plantes et racines y passent. Une racine dite « irni » (dont le nom est associé aux grandes famines du siècle dernier) a vu sa consommation exploser en cette période de restrictions tous azimuts. Dans la campagne, la plupart des gens partaient en groupe pour cueillir « irni ». On l'appelait « pomme de terre beldi ». La plante est lavée et séchée au soleil avant d’être moulue pour obtenir une sorte de farine que l'on cuisine comme du pain. Le pain « d’irni » provoque des diarrhées carabinées, un moindre mal finalement pour les Marocains, comparé aux crampes provoquées par la faim.
Aux quatre coins du royaume, les hommes font appel au système D pour survivre. A Oujda par exemple, certains se rappellent toujours du « tourtou », un pain à base de cocktail de racines de plantes, inventé à l'époque. Dans le Souss et toute la région du Moyen-Atlas, les sauterelles, communément appelées « jrad », sont grillées et présentées, par la force des choses, comme un plat de résistance. Ingénieux, certains colons récupèrent le procédé et tentent même d'exporter le cornet de friture de sauterelles. En vain. Les truffes abondantes dans la région de Maâmora, près de Rabat, ont par contre eu du succès, jusqu'en en France ! « Les colons interdisaient aux Marocains d'en consommer. Ils incitaient, par contre, les paysans à chercher les précieuses truffes, avant de les échanger contre des bons de sucre ».
Face à cette crise alimentaire sans précédent, les populations rurales criant famine affluent en direction des villes. C'est la période du grand exode rural. Des flots humains envahissent les bidonvilles attenants aux métropoles où l'on distribue des vivres. De longues files stationnent chaque jour devant les magasins de blé, les dépôts de sucre et de thé pour réclamer le minimum vital.
Même les Français du Maroc sont soumis aux rigueurs des restrictions. Interdits par un dahir de la Résidence de fabriquer du pain haut de gamme ou des gourmandises, ils se rabattent sur le pain de consommation au poids réglementé à 350 grammes, vendu 24 heures après sa fabrication. Une chance malgré tout quand on sait que les indigènes devaient, parfois, se contenter des miettes obtenues au péril de leur vie. Quand on recevait un pain contre un bon chez le boulanger, il fallait bien le cacher pour réussir à le faire parvenir jusqu'à la maison, sans risquer d'être agressé par le premier venu.
Dans tous les centres d'approvisionnement du royaume, les files d'attente sont longues, monstrueuses, et pratiquement sans aucune limite dans le temps. Les gens y restent bien au-delà de minuit pour attendre un miracle : la distribution de quelques cuillerées d'huile ! Les moins chanceux pouvaient attendre jusqu'à dix heures d'affilée avant de rentrer bredouilles, sans la moindre goutte d'huile.
Le sucre se fait aussi une denrée rare. Devant l'impossibilité technique d'en importer, le Maroc doit se contenter de sa production interne, insuffisante pour répondre à la demande : 7000 tonnes produites par mois . Insuffisant. Alors on se rabat sur les miracles, les recettes magiques, pour produire du sucre. L'invention en Finlande d'un sucre à base de bois, en 1942. C'est qu'à l'époque toutes les techniques sont testées pour sucrer sa boisson. « Pour adoucir le thé, les gens utilisent du miel dans un premier temps. Mais devant la forte demande, les autorités du protectorat ont triplé le prix du miel ».
Sucrer son thé devient une obsession nationale. Les Marocains se ruent sur la saccharine, dérivé de sucre à base de charbon, autorisée par un dahir dès le 30 août 1940. Certains font appel aux dattes, selon la recette très populaire à l'époque de « une datte dans la bouche pour accompagner plusieurs gorgées de thé ». On en arrive même à utiliser des carottes, ou de la betterave séchée, toujours dans le but obsessionnel « d'adoucir » le thé. Mais encore faut-il avoir du thé ! Le vrai thé à la menthe, tel qu'on peut en consommer aujourd'hui, n'est même pas encore inventé, les Marocains se contentant de menthe séchée comme denrée de substitution.
Tous les Marocains ne sont pourtant pas égaux devant la misère. Les salons de thé des centres-villes de Casa, Rabat ou Meknès ne connaissent pas les affres de la pénurie. Chez les particuliers, et à défaut de thé, c'est le café, paradoxalement, qui est devenu synonyme de « grand luxe », un signe extérieur de richesse. D'où la tendance, surprenante, de se prendre en photo avec une tasse de café à la main, brandie comme un trophée de guerre ! « En cuisine, les femmes mélangeaient le café avec des pois chiches pour gonfler la quantité, avant de broyer le tout au pilon (mehraz). Quand les voisines entendaient le bruit du mehraz, elles accouraient demander une tasse ou une gorgée de café ». Mais toutes les ménagères ne sont pas forcément démonstratives et certaines n'hésitent pas à broyer le précieux café loin de leur foyer, pour éviter de solliciter les oreilles (et les sens) des voisins. « Au final, cela revenait au même puisque l'odeur du café, une fois préparé et servi à table, s'exhalait de partout pour rameuter tout le quartier ».



Ces moments de gaieté ne masquent en rien la rudesse (des conditions de vie) dans laquelle était plongée la majorité de la population. Notamment dans la campagne. Fuir et aller se réfugier en ville est devenu un slogan fredonné aux quatre coins du royaume. « Avec le flux de l'émigration rurale, les grandes villes comme Casablanca sont devenues des mouroirs. Les gens morts de faim dans les ruelles des bidonvilles ne choquaient plus personne ». Les morts étaient parfois enterrés avec leurs haillons car il n'y avait plus de tissu pour leur confectionner des linceuls, les usines de textile étant momentanément transformées en armureries. « On fouillait même dans les tombeaux pour défroquer les cadavres. En gros, les Marocains n'avaient plus rien à se mettre sur le dos ».



En 1945, des millions d'hommes, de femmes et d'enfants sont en haillons, habillés de chiffons ou de sacs. Il ne s'agit plus pour eux de se vêtir, mais simplement de ne pas choquer la décence. Le constat n'est pas exagéré puisque dans la plupart des familles marocaines, il est courant que trois ou quatre personnes se partagent un malheureux vêtement, que chacun (re)met à tour de rôle avant de s'apprêter à sortir.
Les plus chanceux s'approvisionnent en « kettan », un mauvais tissu qui sert aujourd'hui à fabriquer les sacs de sucre en pain conditionnés au quintal. Ce tissu était rêche comme de la bâche, mais c'était le seul disponible. Dans la rue, tout le monde portait le même tissu. Même l'aiguille pour raccommoder les vêtements devient un luxe. Elle est soumise aussi à l'incontournable bon d'approvisionnement, devenant automatiquement l'objet de toute convoitise. Et un sujet tout à fait sérieux pour l'Administration coloniale. Un communiqué officiel de la municipalité de Rabat d'août 1942 annonce ainsi que “les aiguilles de couture sont disponibles chez les magasins de la Rue des Consuls. Pour disposer d'une carte, adressez-vous à l'Administration municipale d'approvisionnement, département des vêtements”…
Dans ce royaume où tout fait défaut, le savon rationné devient à son tour un produit de luxe. Et pour cause : 100 grammes pour chaque marocain et par mois dans le meilleur des cas. « Dans certains villages, on utilisait le lait de figue cru après l'avoir longtemps séché afin qu'il prenne une forme suffisamment visqueuse pour ressembler de loin à du savon ». La crise vestimentaire conjuguée à l'absence de savon multiplie, entre autres, la propagation de poux, devenus par la force des choses de véritables animaux de compagnie. « Les femmes les cherchaient dans la tête de leurs maris de manière méthodique. Elles pouvaient passer des heures, comme des fouines, à les extraire des habits de leurs enfants. Pour les punaises, elles grillaient des poivrons rouges sur du charbon avant de fuir la maison où l'air devenait irrespirable pendant de longues heures ».
Un fructueux marché noir fait alors son apparition. Les gros négociants, européens, musulmans ou juifs, spéculent sur la pénurie. Ils se livrent à toutes sortes de pratiques illicites face à de simples gens que la privation oblige à céder leurs biens mobiliers et immobiliers pour une « bouchée de pain ». Des périodiques de l'époque, tels que Maghreb ou Al Ouidad, dénoncent « les hausses illicites qui ont permis à des gens de réaliser des bénéfices considérables et de bâtir des fortunes fantastiques ».
Les contrôleurs et les substituts de « chioukh et moqaddems » font la loi concernant les carnets d'approvisionnement. Le chansonnier Houcine Slaoui enregistre ainsi (« H'di rassek La Ifouzou fik Al Koumane », littéralement « prends garde ! ») pour fustiger les dérapages en série de la société marocaine.
La prolifération du marché noir est telle que les bons, vendus excessivement chers, sont parfois échangés contre des journées de travail dans les exploitations des colons. Ne l'oublions pas, le Maroc de l'époque est terriblement discriminatoire. « Les Européens étaient pourvus de quotas supérieurs en sucre, farine, huile et savon. Ils avaient, en plus de ces quatre produits réglementés pour les indigènes, la possibilité d'acquérir neuf autres matières. En 1945 par exemple, année durant laquelle la famine a atteint un niveau record, les Européens pouvaient obtenir même du Kaobel, (chocolat en poudre), chose inimaginable pour un indigène ».
Mais à quelque chose malheur est bon et cette discrimination a, finalement, contribué à ouvrir les yeux aux Marocains quand à l'utopie des slogans « égalitaires » du Protectorat. Car malgré le débarquement américain en 1942, signant le « début de la fin de la guerre », la pénurie a continué de plafonner à des hauteurs proprement extraordinaires. « Tout ce qui a changé, c'est que l'on pouvait, pour les plus jeunes et les plus enhardis d'entre nous, attendre devant les gares les troupes américaines qui partaient au front, pour espérer recevoir des conserves, des gâteaux, du chewing-gum ou des cigarettes ». 1948 signe donc la fin de ces terribles années de famine au Maroc. Un épisode douloureux qui fait dire aujourd'hui que « Les temps ont beaucoup changé. Aujourd'hui, on peut repousser le pain nu même quand on a faim, les fruits, légumes et viande sont en abondance. Qui l'aurait cru, à l'époque ? ».

samedi 26 mars 2011

Coutumes folkloriques du lundi de Pâques dans certains pays d'Europe.


Le lundi de Pâques a encore des coutumes folkloriques dans certains pays.
  • En Pologne, le lundi de Pâques connu sous le nom de « Śmigus dyngus » (lundi mouillé), les Polonais s’aspergent d’eau. L’eau est un symbole de la vie. Famille et amis versent de l’eau les uns sur les autres. Autrefois les hommes jetaient de l’eau sur les femmes; le mardi elles pouvaient prendre leur revanche. Ce jour-là, les Polonais aspergeaient aussi les champs d’eau bénite.
  • En Hongrie, les garçons aspergent les filles de parfum. Ceci porte chance. Les filles doivent récompenser les garçons en leur donnant de l’argent ou des œufs de Pâques.
  • En Angleterre, la coutume pour les lundi et mardi de Pâques est appelé « lifting » ou « headline ». Les jeunes gens vont de maison en maison en transportant une chaise décorées de fleurs. Quand une fille s’assoit sur la chaise, ils la soulèvent dans les airs trois fois. Être soulevée de la sorte, devrait porter chance à la jeune fille. Elle remercie le garçon en lui remettant de l’argent ou en l’embrassant. Le lendemain, c’est au tour des filles de soulever les garçons dans la chaise.

  • En Italie, le lundi de Pâques est appelé « Pasquetta ». Il est de coutume de préparer un pique-nique à la campagne en famille et c’est l’occasion de manger les œufs qui ont été décorés l’avant-veille.
  • Dans le sud de la France, il est (était) de coutume de faire un grand pique-nique avec la famille et les amis le lundi de Pâques à midi avec comme plat principal une grande omelette, préparée avec les œufs de Pâques. Cette tradition s'appelle « pâquette ».
  • Chez les Pieds-Noirs d'Oranie, un grand pique-nique réunit famille et amis, le plat principal étant le gazpacho pied-noir,

          suivi de la dégustation de la mouna (ou mona)

 


            et du lancer des bilochas (cerfs-volants de roseau et de papier cristal).

 

 

vendredi 25 mars 2011

Pour vous, c’est quoi la jeunesse ?

La population d’Ain Défali est jeune, entre 25 ans et 40 ans. Sa force, c’est sa jeunesse. Elle est touchée en grande partie par le chômage. Et cette jeunesse, c’est finalement quoi ?

La jeunesse, c'est la passion pour l'inutile.
L'âge auquel on partage tout est généralement l'âge où on n'a rien.
S'il est vrai que la jeunesse soit un défaut, on s'en corrige bien vite.
Plus on est jeune, plus on touche au mystère de la joie.
On peut naître vieux comme on peut mourir jeune.
La jeunesse a cela de beau qu'elle peut admirer sans comprendre.
La jeunesse serait idéale si elle venait un peu plus tard dans la vie.
La jeunesse est une fraction de folie.
Je n'admire pas la jeunesse pour la brutalité de ses certitudes mais pour la sincérité de ses angoisses.
La beauté finit en laideur, le destin de la jeunesse est d'être flétrie, la vie n'est qu'un lent pourrissement, nous mourons chaque jour.
Qui de vous n'a pas regretté cet âge où le rire est toujours sur les lèvres.
La jeunesse est une douleur en manque de compréhension.
L'enfant marche joyeux, sans songer au chemin ; Il le croit infini, n'en voyant pas la fin.
La jeunesse s'enfuit sans jamais revenir.
Etre jeune, c'est avoir un esprit qui calcule et un coeur qui ne calcule pas.
Si l'on veut retrouver sa jeunesse, il suffit d'en répéter les erreurs.
L'enfance est un papillon qui se hâte de brûler ses blanches ailes aux flammes de la jeunesse.
La jeunesse montre l'homme comme le matin montre le jour.
Désespoir, amour, gaieté. Qui a ces trois roses enfoncées dans le coeur a la jeunesse pour lui, en lui, avec lui.
La jeunesse heureuse est une invention de vieillards.
La jeunesse est une ivresse continuelle ; c'est la fièvre de la santé ; c'est la folie de la raison.
La jeunesse ? Une merveilleuse chose ! Mais quel crime de la laisser gaspiller par les enfants !
Les habitudes de la jeunesse sont celles qu'on perd le plus difficilement.
Il faut écouter les vieillards : il y a toujours dans ce qu'ils disent un peu de vérité. Mais il ne faut pas leur obéir, car ils ont perdu ce qui faisait leur force : la jeunesse.
Qu'elle est admirable la jeunesse de l'homme ! Elle est toute d'angoisse et de féeries, et il n'arrive jamais à la connaître sous son vrai jour, que lorsqu'elle l'a quitté pour toujours.
La jeunesse est plus apte à inventer qu'à juger, à exécuter qu'à conseiller, à lancer des projets nouveaux qu'à poursuivre des anciens.
Le sang te monte au cerveau - c'est le résultat de la jeunesse - tu ne sais pas le contenir et tu appelles cela de l'enthousiasme.
La jeunesse d'aujourd'hui s'en est trop fait conter, elle sait à quoi s'attendre et elle attend monts et merveilles.
Ma jeunesse est finie Ma jeunesse est partie Je reste sur le cul avec quarante ans d'âge J'ai pris le pucelage de la maturité.

mercredi 23 mars 2011

Résumé de l'histoire du Maroc

Le peuplement du Maroc est très ancien comme en témoignent d'innombrables vestiges préhistoriques. Depuis, Phéniciens, Carthaginois, Byzantins, Romains, Vandales s'y sont succédé avant l'avènement des Arabes qui remonte au VIIème siècle.
Le Maroc en tant qu'État existe depuis l'an 788, quand Idriss 1er fut proclamé roi à Volubilis.
Aujourd'hui, le Maroc est une monarchie constitutionnelle.
Le Roi Mohammed VI a accédé au Trône en 1999.
Descendant du Prophète, il est aussi Commandeur des Croyants, c'est-à-dire le chef religieux du Maroc.

- 681 : Début de la conquête du Maroc par les Arabes (introduction de l'Islam).
- 788 : Dynastie Idrisside
- 809 : Fondation de Fès par Idriss II.
- 1055 : Dynastie Almoravide.
- 1061 à 1107 : Règne de Youssef ben Tachfine (il fonde Marrakech).
- 1130 : Dynastie Almohade.
- 1184 à 1199 : Règne de Yacoub el Mansour, qui fait de Rabat sa capitale (construction de la Tour Hassan à Rabat, de la Koutoubia à Marrakech et de la Giralda à Séville).
- 1258 : Dynastie Mérinide.
- 1269 à 1286 : Règne de Abou Youssef Yacoub (construction de Fès el Jedid).
- 1331 à 1351 : Règne de Abou Hassan (construction de la nécropole de Chellah à Rabat).
- 1554 : Dynastie Saadienne.
- 1578 : La bataille des 3 rois met fin à la domination portugaise.
- 1578 à 1603 : Règne de Ahmed el Mansour (tombeaux Saadiens à Marrakech).
- 1664 : Dynastie Alaouite.
- 1672 à 1727 : Règne de Moulay Ismaïl qui construit Meknès.
- 1927 : Accession au Trône de Mohamed V.
- 1956 : Indépendance du Maroc
- 1961 : Accession au Trône de Hassan II.
- 1971 : Nouvelle Constitution adoptée par référendum.
- 1975 : La Marche Verte réunifie au Maroc ses provinces sahariennes.
- 1993 : Inauguration de la Mosquée Hassan II à Casablanca.
- 1999 : Décès de Hassan II, accession au trône de son fils Mohammed VI.

Le Maroc, La plus ancienne monarchie de l'Afrique.
En ce début de XXIème siècle, le monde ne compte plus, du moins en fonction, que neuf rois, trois reines, un empereur et quelques princes, grands-ducs et grandes- duchesses répartis sur tous les continents.
Hassan II était le dix-septième souverain de la dynastie alaouite fondée en 1640 par Moulay Rachid.
Le monarque représentait la trente-cinquième génération descendant d'Ali, le gendre du prophète Mohamed.
" Commandeur des Croyants", il était appelé "Sa Majesté le roi", contrairement à son père qui porta jusqu'au 18 août 1957 le titre de "Sa Majesté impériale le sultan".
Hassan II a choisi, comme la Constitution marocaine adoptée le 1er mars1972 et révisée en 1980 l'y autorisait, son fils aîné le prince Sidi Mohammed, né en 1963, pour lui succéder ; celui-ci est devenu Mohammed VI en juillet 1999 après la disparition de son père.

samedi 19 mars 2011

DÉTENTE.

Une femme entre dans une pharmacie et demande de l’arsenic…
- Que comptez-vous en faire ? lui demande le pharmacien.
- C’est pour tuer mon mari…
- Quoi ? Vous plaisantez ! Je ne peux pas vous vendre de quoi commettre un meurtre !
- La femme ouvre alors son sac à main et en sort une photo de son mari avec la femme du pharmacien…
- Ah, évidemment, lui dit ce dernier, si vous avez une ordonnance, c’est différent…

vendredi 18 mars 2011

Le Maroc indépendant.

Mai 1956 : Création des Forces Armées Royales marocaines.

Octobre 1956 : Émeutes de Meknès et massacre d’Européens à la suite du détournement vers Alger de l’avion transportant les chefs de la rébellion algérienne.

Novembre 1957 : Affrontements hispano-marocains dans le territoire espagnol d’Ifni.

1958 : Opération franco-espagnole au Sahara espagnol.

1960 : Tremblement de terre d’Agadir.

26 février 1961 : Mort de Mohammed V

1961-1999 : Règne d’Hassan II

1961 : La Mauritanie réclamée par le Maroc est admise à l’ONU comme État souverain.

1962 : Le Maroc se dote d’une constitution, modifiée en 1970 puis en 1972.

1963 : La « guerre des sables algéro-marocaine » livrée dans la région de Tindouf tourne à l’avantage du Maroc.

1965 : Devant l’opposition de l’Istiqlal et de l’Union Nationale des Forces Populaires de Mehdi ben Barka, le roi proclame l’état d’exception.

1969 : L’Espagne restitue Ifni au Maroc après avoir rendu Tarfaya en 1965.

Juillet 1971 : Complot du palais de Skirat. Hassan II est indemne.

Août 1972 : Échec d’un attentat contre l’avion du souverain, qui entraîne le suicide du général Oufkir, chef d’état-major de l’armée et commanditaire des deux tentatives d’attentat.

Novembre 1975 : Le roi du Maroc appelle à la « marche verte » qui lance 350 000 volontaires en direction du Sahara occidental pour affirmer le caractère marocain du territoire. Hassan II déjoue ainsi les plans de l’Espagne et de l’Algérie favorables à la mise en place d’un État sahraoui appelé à tomber sous leur influence, ce qui devait notamment donner à l’Algérie une façade sur l’Atlantique. 1976 voit l’installation des Marocains à El-Aioun puis à Villa Cisneros (Dakhla) ; les unités du Front Polisario issues des nomades Reguibat et soutenues par l’Algérie tentent vainement de s’opposer à la mainmise marocaine sur le territoire.

1977 : Les troupes marocaines doivent intervenir au profit de la Mauritanie attaquée par le Front Polisario qui enlève des otages à Zouérate. En 1979, la Mauritanie, où le régime a changé à la suite d’un coup d’État, abandonne l’alliance conclue avec Rabat, ce qui entraîne l’occupation marocaine de la partie du Sahara espagnol qui lui était revenue en 1975.

L’Algérie continue pour sa part à apporter son soutien au Front Populaire pour la Libération de la Saquia-el-Hamra et du Rio de Oro, créé en 1973.

Juin 1977 : Les élections générales sont désastreuses pour l’opposition et confortent le pouvoir royal. La même année, le Maroc intervient au Zaïre pour protéger le régime du général Mobutu menacé par des forces venues de l’Angola voisin contrôlé alors par des communistes alliés aux Soviétiques et aux Cubains.

1987 : Les opérations menées contre le Polisario sont conduites avec succès et le Maroc est présenté par ailleurs comme un « bon élève » du FMI, au risque que les sacrifices imposés par la rigueur budgétaire et les politiques d’ajustement n’aggravent les difficultés des couches les plus défavorisées de la population. La « révolte du pain » qui a affecté plusieurs grandes villes en 1984 a été de ce point de vue révélatrice des difficultés sociales que connaît le pays, confronté à une pression démographique très forte.

1988 : Rétablissement avec l’Algérie des relations diplomatiques rompues depuis 1976 à cause du conflit du Sahara occidental.

1990 : De violentes émeutes nées de la misère éclatent à Fès, Tanger et Kenitra.

1991 : Libération de la famille Oufkir et de l’opposant politique Abraham Serfaty.

1992 : La réforme constitutionnelle limitant les pouvoirs du roi est approuvée lors d’un référendum par 99 % des votants.

1994 : À la suite d’un attentat terroriste perpétré dans un hôtel de Marrakech, le Maroc impose des visas pour les Algériens, ce qui conduit le gouvernement d’Alger à fermer la frontière entre les deux pays. Quelques jours plus tard, le Maroc et Israël échangent des bureaux d’information économique à Rabat et à Tel Aviv.

1995 : Hassan II inaugure à Ifrane la première université anglophone du Maghreb.

1998 : Deux mois après les élections législatives pluralistes de décembre 1997, Hassan II nomme premier ministre le socialiste Abderrahmane Youssoufi. Le processus conduisant vers une monarchie parlementaire complète semble désormais achevé.

1999 : Mort du roi Hassan II. Avènement de Mohammed VI. Le limogeage de Driss Basri, ministre de l’Intérieur depuis vingt-cinq ans, est interprété comme le signe d’une volonté d’ouverture et de libéralisation du nouveau souverain.

jeudi 17 mars 2011

Le Maroc à l’époque du protectorat français (1912-1956)

Août 1912 : El-Hiba marche sur Marrakech à la tête de dix mille rebelles et s’en empare mais il est complètement battu par le colonel Mangin à Sidi Bou Othmane le 6 septembre.

1914-1918 : À l’exception de la courte période durant laquelle il est ministre de la Guerre dans un gouvernement Briand, Lyautey « tient » le Maroc pendant la première guerre mondiale avec un minimum d’effectifs alors que des dissidences persistent dans plusieurs régions.

1919 : Les Espagnols s’installent au Cap Blanc, à l’extrémité méridionale du Rio de Oro. Ifni ne sera occupée qu’en 1934, date à laquelle le haut commissaire d’Espagne au Maroc devient également gouverneur général des territoires d’Ifni, du Sahara occidental et du Rio de Oro.

Juillet 1921 : Désastre espagnol d’Anual où la colonne du général Silvestre est anéantie par les rebelles rifains commandés par Abd el-Krim qui entend former une véritable République confédérée des tribus du Rif, au moment où la France doit compter avec la révolte des Druzes de Syrie et du Liban et alors que Mustapha Kemal montre en Turquie comment un pays musulman peut relever le défi de la modernité et de l’impérialisme européen. À partir de 1924, la guerre s’étend au Maroc français.

1925 : Alors que le maréchal Pétain et le général Naulin contiennent la poussée des rebelles, Lyautey, pour qui la mission confiée à Pétain apparaît comme un désaveu, donne sa démission et rejoint la France.

1926: Reddition d’Abd el-Krim.

1927 : Mort de Moulay Youssef. Son troisième fils, Sidi Mohammed ben Youssef, âgé de dix-huit ans, lui succède sur le trône sous le nom de Mohammed V.

1930 : Des manifestations éclatent contre le projet français de séparer, sur le plan juridique, Arabes et Berbères, ce qui porterait un coup fatal à l’unité nationale marocaine. Devant l’hostilité du sultan et de l’opinion, le projet est abandonné en 1934.

1934 : Allal al-Fassi fonde le Comité d’Action Marocain. Le journal nationaliste l’Action du Peuple, créé en 1933 par Mohammed Hassan Ouazzani, est suspendu.

1935 : Le sultan obtient que le Maroc continue de dépendre, en tant que protectorat, du ministère des Affaires Étrangères et non du ministère de la France d’Outre-mer.

1937 : Déçus par le Front Populaire, les nationalistes déclenchent une campagne d’agitation dans tout le protectorat. Allal al-Fassi est déporté au Gabon d’où il reviendra pour prendre la tête du mouvement Istiqlal, « Indépendance ».

1940 : Le sultan est loyal au gouvernement du maréchal Pétain mais refuse, au nom de l’indépendance et de l’unité du pays, d’appliquer au Maroc le statut des juifs promulgué à Vichy.

7-8 novembre 1942 : Débarquement américain à Casablanca, Safi et Kenitra. Le général Noguès, commandant en chef au Maroc, ayant donné l’ordre de résister, les combats durent deux jours jusqu’à l’ordre de cessez-le-feu lancé depuis Alger par l’amiral Darlan.

1943 : Conférence d’Anfa, qui répartit notamment les responsabilités entre le général Giraud et le général De Gaulle. Elle est aussi l’occasion pour Roosevelt d’encourager les aspirations indépendantistes. Création du parti Istiqlal, qui réclame l’indépendance dans son Manifeste de janvier 1944.

1946 : Le résident général Éric Labonne adopte une attitude libérale mais il est remplacé dès 1947 par le général Juin.

1947 : Séparée du Maroc espagnol, l’Afrique occidentale espagnole est divisée en deux entités administratives distinctes, Ifni et le Sahara, lui-même divisé en deux zones, la Saquia-el-Hamra et le Rio de Oro.

1951 : Le sultan ne peut obtenir, lors d’un voyage à Paris, la fin du traité de protectorat. Il entame la « grève du sceau » en refusant de signer les décrets présentés à sa signature par l’administration française. Le remplacement du général Juin par le général Guillaume n’arrange pas les relations entre la Résidence et le Palais.

Août 1953 : Le sultan est exilé en Corse, puis à Madagascar alors que le chérif Mohammed ben Arafa est proclamé à Marrakech « Prince des Croyants ». La France s’appuie sur le pacha de Marrakech, Thamai el-Glaoui, farouchement hostile à l’Istiqlal et aux communistes. Les attentats se multiplient, dont plusieurs contre Ben Arafa que les États étrangers et la Ligue arabe refusent de reconnaître.

1954 : Le général Lacoste succède au général Guillaume pour un an ; il est remplacé par le libéral Gilbert Grandval qui ne reste que deux mois à son poste, puis par André Dubois.

1955 : Exilé à Antsirabé, le sultan Mohammed V demeure intraitable et refuse d’abdiquer. En septembre la conférence d’Aix-les-Bains permet cependant d’aboutir à un accord. Ben Arafa abdique en octobre et les négociations s’engagent entre le sultan d’une part, Edgar Faure et Antoine Pinay de l’autre. Elles aboutissent à la déclaration de La-Celle-Saint-Cloud qui admet l’indépendance totale du Maroc. Le sultan pouvait rentrer dans son pays après vingt-sept mois d’exil.

2 mars 1956. : Le Maroc accède à l’indépendance. Le 7 avril, un accord est signé à Madrid entre Mohammed V et le général Franco, qui met fin à la souveraineté espagnole sur le nord du pays. Le 20 octobre, la zone de Tanger – qui était soumise à un statut international particulier, était elle aussi réintégrée au Maroc.

mercredi 16 mars 2011

Le Maroc, face aux impérialismes.

1822-1859 : Règne de Moulay Abderrahmane.

1823 : Signature d’une convention commerciale avec le Portugal, suivie d’accords comparables avec l’Angleterre en 1824, avec la France et le Piémont en 1825.

1828-1830 : Une crise grave éclate à propos de la persistance de la course entre le Maroc d’une part, l’Angleterre et l’Autriche d’autre part. Les puissances européennes ne sont plus disposées à supporter l’insécurité engendrée par les corsaires.

1832 : La mission française du comte de Mornay, dont fait partie le peintre Eugène Delacroix, vient négocier la neutralité marocaine au moment où la France est engagée dans la conquête de l’Algérie.

1884 : Fondation du poste espagnol de Villa Cisneros, sur la côte atlantique du Sahara.

1890 : Convention secrète franco-anglaise fixant les limites de l’expansion française au Sahara occidental et aux confins algéro-marocains.

1894-1908 : Règne de Moulay Abdelaziz.

1900 : Mort du grand vizir Ba Ahmed et début du règne personnel de Moulay Abdelaziz.

1902 : Accord franco-marocain sur la surveillance des confins et des tribus frontalières.

1902 : Accord franco-italien sur le Maroc et la Tripolitaine.

1903 : Le général Lyautey occupe Colomb Béchar en territoire marocain.

1904 : L’Entente Cordiale franco-anglaise repose, pour une bonne part sur le « troc » accordant le Maroc à la France et l’Égypte à l’Angleterre. La même année, l’Espagne se voit reconnaître sa zone d’influence au nord et le petit territoire d’Ifni sur la côte atlantique.

1844 : Après l’incident intervenu lors de la construction, sur les confins algéro-marocains, du poste de Lalla-Maghnia, les Français occupent Oujda et entament des négociations qui demeurent sans résultat. En août, l’escadre du prince de Joinville bombarde Tanger. Le 14 août, la bataille de l’Isly se termine en désastre pour les forces marocaines et, le lendemain, Mogador est occupé. Le 10 septembre, les accords de Tanger mettent un terme à la guerre.

18 mars 1845 : Traité de Lalla Maghnia qui fixe la frontière algéro-marocaine. La France se voit reconnaître un droit de suite au Maroc.

1847 : Reddition de l’émir Abd el-Kader, le chef de la résistance algérienne à l’occupation française.

1856 : Traité commercial avec l’Angleterre, qui accorde de nombreux privilèges aux marchands anglais.

1859-1873 : Règne de Mohammed IV.

1860 : Après un incident frontalier, l’occupation espagnole de Tétouan débouche sur la paix de Ceuta, qui contraint le Maroc à payer une lourde indemnité à l’Espagne.

1863 : La France obtient des privilèges douaniers analogues à ceux de l’Angleterre. Le Maroc abandonne une bonne partie de sa souveraineté en matière douanière, fiscale et judiciaire. Privé d’une partie de ses ressources traditionnelles, le sultan s’endette auprès des banques anglaises.

1873-1894 : Règne de Moulay Hassan ou Hassan Ier.

1880 : La conférence internationale de Madrid accorde à presque tous les pays européens les privilèges dont bénéficiaient jusque-là Français et Anglais.

1883-1884 : Reconnaissance réalisée, dans l’intérieur du Maroc demeuré fermé aux étrangers, par Charles de Foucauld déguisé en juif.

1905 : Coup de Tanger. Discours de Guillaume II proclamant son hostilité aux ambitions coloniales de la France au Maroc.

1906 : La conférence d’Algésiras réunit treize pays, dont les USA et le Maroc. L’indépendance et l’intégrité du Maroc sont réaffirmées mais la position française est renforcée puisque Paris est désormais en mesure de contrôler les finances marocaines et donc le makhzen c’est-à-dire l’État.

1907 : L’assassinat à Marrakech du docteur Mauchamp entraîne l’occupation de Oujda par les Français. Les émeutes qui éclatent en juillet à Casablanca, à la suite de l’ouverture d’un chantier de voie ferrée à l’emplacement d’un cimetière, entraînent le bombardement de la ville par un croiseur, ce qui déclenche le pillage du mellah et un pogrom contre les juifs.

1908 : Lyautey impose l’autorité française aux tribus installées entre la frontière algérienne et la Moulouya. Dans le même temps, le général d’Amade prend le contrôle de la Chaouïa.

1908-1912 : Règne de Moulay Hafid. Frère aîné d’Abdelaziz, il est proclamé à Marrakech dès le mois d’août 1907 puis marche sur Meknès et Fès. Accusé d’impiété – il était très séduit par les inventions occidentales telles que la bicyclette, les appareils photographiques ou les phonographes –, Abdelazirz est déchu et se réfugie à Rabat où il est bien accueilli par les Français.

Septembre 1908 : L’incident des « légionnaires déserteurs » accueillis par le consulat d’Allemagne à Casablanca ouvre entre Paris et Berlin une deuxième crise marocaine, après celle de 1905-1906.

1909 : L’Espagne étend la zone qu’elle contrôlait à l’ensemble du Rif.

1911 : Devant la révolte des tribus qui a gagné Fès, le sultan demande aux Français d’aller y rétablir l’ordre mais il semble que ceux-ci lui ont pour le moins forcé la main. La colonne Moinier entre à Fès le 21 mars. Meknès est prise en juin. En contrepartie, l’Espagne occupe Larache et Ksar-el-Kébir et l’Allemagne réagit en envoyant la canonnière Panther à Agadir « pour protéger ses intérêts économiques » S’ouvre alors, après ce « coup d’Agadir », la troisième crise franco-allemande à propos du Maroc, finalement réglée par le troc proposé par Joseph Caillaux qui voit l’Allemagne laisser les mains libres à la France dans le royaume chérifien contre le rattachement d’une partie de l’Afrique équatoriale française au Cameroun allemand. La convention est signée le 4 novembre.

30 mars 1912 : Signature du traité de protectorat. Quelques jours plus tard, Fès se soulève, des Français sont assassinés, le mellah juif est pillé. Les tribus soulevées viennent assiéger la capitale. Le 27 avril, Lyautey est nommé résident général et, un mois plus tard, Gouraud écrase la révolte de Fès. Marrakech est occupée en septembre 1912 et Taza en I914. Lyautey décide d’installer la capitale à Rabat et obtient l’abdication de Moulay Hafid remplacé par son frère Moulay Youssef.

lundi 14 mars 2011

Le Maroc, le temps de la grandeur alaouite.

Originaires du Hedjaz, les Alaouites descendent – comme les Saadiens – de Hassan fils aîné de Fatima et d’Ali, la fille et le gendre du Prophète, et constituent donc une lignée chérifienne. Venus s’installer dans le Tafilalet à la fin du XIIIe siècle, ils sont également désignés sous le nom de Filaliens.

1631-1636 : Moulay ach-Chérif impose son autorité dans la région du Tafilalet.

1636-1664 : L’un de ses fils, Moulay Mohammed, engage la lutte contre la zaouïa de Dila puis conquiert pour quelque temps Oujda et Tlemcen avant de se replier sur la Tafna quand se déclenche la réaction turque.

1554-1672 : Règne de Moulay Rachid. Frère cadet de Moulay Mohammed, il réussit à imposer son autorité à tout le Maroc. Il prend tout d’abord le contrôle des itinéraires commerciaux transsahariens. Il s’empare de Marrakech en 1669 mais disparaît dans un accident de cheval.

1672-1727 : Le règne de Moulay Ismaïl correspond à une période d’apogée de la puissance marocaine. Demi-frère des deux précédents sultans et gouverneur de Meknès, il y est proclamé à l’annonce de la mort de Moulay Rachid. Il lui faudra une vingtaine d’années pour consolider, contre les divers particularismes locaux ou religieux, l’unité du royaume. Le sultan dote le Maroc d’une puissante armée, composée pour une bonne part d’esclaves noirs qui lui sont totalement dévoués, ce qui permet au pouvoir central d’être moins dépendant des tribus trop souvent rebelles.

1681 : Traité de La Mamora (Mehdiya) entre le Maroc et la France, contre l’Angleterre et l’Espagne, mais Louis XIV ne le ratifiera pas en raison de la persistance de la course salétine. En 1682, un traité d’amitié n’en est pas moins signé à Saint-Germain-en-Laye.

1689 : Ambassade française de Pidou de Saint Olon. Elle est reçue à Meknès, la capitale de Moulay Ismaïl. En 1698, une dernière ambassade, marocaine celle-là, se rend en France mais l’accès au trône d’Espagne du petit fils de Louis XIV deux ans plus tard condamne toute perspective d’alliance contre ce pays.

1701 : Échec d’une expédition contre les Turcs de la Régence d’Alger.

1710 : Le consul de France à Salé quitte le Maroc, suivi deux ans plus tard par celui de Tétouan.

1718 : La France et l’Espagne rompent leurs relations avec le Maroc. Ce sont les Anglais qui en profitent sur le plan commercial.

1727-1757 : Douze fils de Moulay Ismaïl se succèdent au pouvoir en fonction des caprices d’une armée qui fait et défait les sultans. L’anarchie s’installe. Les caisses de l’État sont vidées et le pays connaît même localement des débuts de famine.

1757-1790 : Règne de Sidi Mohammed ben Abdallah. S’appuyant sur les tribus du Sous, il brise le pouvoir des troupes d’esclaves noirs devenus des prétoriens.

1757 : Le sultan signe un traité de commerce avec le Danemark, puis en 1760 avec l’Angleterre, en 1763 avec la Suède et, deux ans plus tard avec Venise. Il faut attendre 1767 pour voir un traité analogue conclu avec la France. Le sultan fait également aménager par un ingénieur français, le Toulonnais François Cornut, le port de Mogador-Essaouira. Il fait également engager des travaux dans le port de Dar-el-Beida qui deviendra Casablanca.

1765 : Une escadre française bombarde Salé et Larache.

1769 : Les Portugais choisissent d’évacuer Mazagan mais le sultan échoue, en 1774, quand il assiège Melilla et les Espagnols conservent leurs positions.

1776-1782 : Le Maroc est affecté par une terrible sécheresse, génératrice de famine. De 1797 à 1800, il connaît une épidémie de peste très meurtrière et la conjonction de ces deux calamités affaiblit terriblement le pays, qui perd peut-être alors la moitié de sa population.

1787 : Les États-Unis d’Amérique signent un traité d’amitié avec le Maroc.

1790-1792 : Règne de Moulay Yazid. Il est troublé par une guerre malheureuse contre l’Espagne et par les dissidences de ses frères. Le sultan est tué au combat lors de l’une de ces révoltes.

1792-1822 : Règne de Moulay Slimane, l’un des fils de Sidi Mohammed ben Abdallah, qui doit d’abord s’imposer à ses frères.

1813 : Le sultan finit par avoir raison de la révolte du Rif.

1818 : Le sultan est battu lors d’une révolte des Berbères de l’Atlas, qui entrent à Fès en 1820. Il a dressé contre lui de nombreux opposants, notamment les zaouïas quand il a voulu lutter contre les marabouts et les moussems, les rassemblements festifs autour de leurs tombeaux. Il s’inspirait de la réforme wahhabite qui venait de triompher en Arabie avec les Saoudiens mais ces tentatives ne firent qu’engendrer la révolte populaire. Moulay Slimane reprend le dessus mais il est de nouveau vaincu en 1822 et abandonne alors le pouvoir au profit de l’un de ses neveux, Moulay Abderrahmane ben Hicham.

samedi 12 mars 2011

Le Maroc, de la décadence mérinide au royaume saâdien

1358-1374 : Six sultans règnent durant cette période, généralement déposés ou assassinés par les vizirs, qui exercent la réalité du pouvoir alors que le pays plonge dans l’anarchie.

1374-1393 : Le roi nasride de Grenade exerce une tutelle de fait sur le Maroc et occupe Gibraltar et Ceuta.

1398-1420 : Règne du grand sultan mérinide Abou Saïd III.

1399: Henri III de Castille prend Tétouan et vend sa population.

1415: Les Portugais s’emparent de Ceuta.

1420-1465 : Règne du dernier Mérinide Abd al-Haqq. Il est porté au pouvoir par le gouverneur de Salé Abou Zakariya Yahya de la tribu des Beni Wattas alliée des Mérinides et installée dans le Rif. Cet Abou Yahia va exercer une véritable régence et garder le pouvoir pendant vingt-huit ans. Abd al-Haqq se retourne contre la famille du régent et la fait massacrer, à l’exception de celui qui deviendra en 1471 le premier souverain wattasside.

1437 : Échec de l’expédition portugaise contre Tanger.

1438 : Avènement du roi de Portugal Alphonse V, surnommé « l’Africain » ; qui mène au Maroc une politique résolument expansionniste.

1458 : Prise de El-Ksar-es-Seghir par les Portugais.

1465 : La révolte de Fès entraîne l’exécution du sultan Abd al-Haqq. Un sultan d’origine idrisside, Abdallah al-Jouti, est proclamé mais son autorité se limite à la région de Fès.

1471 : Mohammed ech-Cheikh, qui a survécu au massacre des Wattassides, vient assiéger Fès, s’en empare l’année suivante et fonde la nouvelle dynastie wattasside. La même année, les Portugais prennent Arzila, puis Tanger, ce qui leur permet de contrôler le détroit.

1472-1505 : Règne de Mohammed ech-Cheikh qui ne peut s’opposer à l’éclatement territorial du pays et à l’intervention des Portugais sur les côtes du pays.

1481 : Les Portugais imposent leur autorité à Safi qu’ils occuperont effectivement en 1508, puis à Azzemour en 1486 (occupée en 1513), à l’embouchure de l’Oum-er-Rbia.

1492 : À l’issue de la guerre commencée dix ans plus tôt, les Rois Catholiques d’Espagne s’emparent de Grenade, scellant ainsi la fin de l’Islam espagnol.

1505-1524 : Règne de Mohammed II. Il échoue dans ses tentatives de reprendre Arzila en 1508 et 1515 et Tanger en 1511.


1505 : Joao Lopes de Sequeira fonde Santa Cruz de Aguer (Agadir), récupéré par la Couronne portugaise en 1513.

1514 : Débuts de l’établissement portugais de Mazagan, qui durera jusqu’en 1769.

1515 : Battus à La Mamora, les Portugais doivent abandonner l’embouchure du Sebou.

1519 : Construction de la forteresse portugaise d’Agouz, à l’embouchure de l’oued Tensift.

1524 : La famille saadienne se rend maîtresse de Marrakech. Il s’agit d’une lignée chérifienne originaire du Hedjaz dont l’un des chefs Abou Abdallah, disparu en 1517, avait rallié derrière lui le Sous pour lutter contre les Portugais. Le rôle grandissant des Saadiens va de pair avec l’essor des zaouias ou confréries, et l’autorité spirituelle grandissante des marabouts, phénomène fréquent en période de crise alors que l’Islam paraît menacé. Mohammed el-Jazouli, chef d’une puissante zaouïa du Sous, a ainsi soutenu dès 1511 la désignation comme chef de guerre d’Abou Abdallah surnommé « Celui qui est appelé par Dieu ».

1524-1550 : Règne d’Ahmed al-Wattassi. Il doit reconnaître aux Saadiens une indépendance de fait dans les régions du Sud. Quand il se décide à marcher sur Marrakech en 1528, il est battu et doit se replier. Deux fils d’Abou Abdallah se partagent alors le pouvoir dans le sud du pays : Ahmed el-Arej règne à Marrakech, Mohammed ech-Cheikh est gouverneur du Sous.

1537 : Victorieux des Wattassides à l’Oued-el-Abid, les Saadiens obtiennent le partage du Maroc en deux royaumes dont la frontière est située à hauteur de la région du Tadla.

1541 : Les Saadiens arrachent Agadir aux Portugais et apparaissent comme les défenseurs de l’Islam alors que, trop faibles, les Wattassides cherchent à négocier avec les chrétiens. La chute d’Agadir marque le début du reflux portugais. Azemmour et Safi sont bientôt évacués et, après la prise de Fès, par les Saadiens, El-Ksar-es-Sghir et Arzila sont abandonnés à leur tour en 1550. À cette date, les Portugais ne conservent plus que Tanger, Ceuta et Mazagan.

1548 : Fait prisonnier par les Saadiens, le sultan est libéré contre l’abandon de Meknès.

1550 : Prise de Fès par les Saadiens.

1552 : Échec des tentatives saadiennes dans l’ouest de l’actuelle Algérie.

1554 : Appuyé par les Turcs d’Alger, Bou Hassoun, un Wattasside reprend Fès mais cette restauration est éphémère car Bou Hassoun est finalement vaincu et tué dans le Tadla par le Saadien Mohammed ech-Cheikh qui récupère Fès. Les derniers Wattassides sont massacrés par des pirates alors qu’ils fuyaient le Maroc.

1554-1557 : Règne de Mohammed ech-Cheikh sur un Maroc réunifié, dont la capitale est transférée de Fès à Marrakech. Le sultan marocain, inquiet des ambitions ottomanes, se tourne alors vers l’Espagne de Philippe II et négocie secrètement avec le comte d’Alcaudete, gouverneur espagnol d’Oran, pour agir contre Alger mais les Turcs devancent l’offensive prévue et assiègent sans succès Oran, alors que les Marocains échouent devant Tlemcen.

1557 : Mohammed ech-Cheikh est assassiné par un transfuge turc qui s’était mis à son service et sa tête est portée à Alger puis envoyée à Constantinople. Les troupes algéroises menacent Fès après une bataille indécise livrée sur l’oued Sebou mais une sortie des forces espagnoles d’Oran les contraint au repli.

1557-1574 : Règne d’Abou Mohammed Abdallah el-Ghalib Billah. Il échoue dans sa tentative contre Mazagan et la révolte morisque de Grenade gêne sa volonté d’alliance avec l’Espagne contre la menace ottomane. Celle-ci apparaît moins dangereuse après que les flottes chrétiennes ont battu à Lépante celle du sultan, en octobre 1571.

1574-1576 : Règne de Mohammed el-Moutaoukil, l’aîné des fils de Mohammed el-Ghalib alors que, selon la tradition, le frère aîné du défunt, Abdelmalek, aurait dû lui succéder. Abdelmalek, qui a combattu dans les armées ottomanes, bénéficie du soutien du sultan turc qui cherche ainsi à installer enfin la puissance ottomane au Maroc. Abdelmalek peut ainsi envahir le pays avec une puissante armée turque et il s’empare de Fès, puis de Marrakech après avoir battu son neveu près de Rabat. Celui-ci recherche alors l’appui du roi du Portugal Sébastien, qui espère ainsi prendre pied de nouveau sur les côtes marocaines.

1576-1578 : Règne d’Abdelmalek el-Moatassem Billah. Il cherche à écarter du Maroc l’allié turc qui lui a permis de s’installer au pouvoir car il comprend que le sultan de Constantinople constitue la principale menace pour l’indépendance marocaine, autrement dangereuse que celle de l’Espagne de Philippe II, contrainte de disperser ses efforts d’Italie aux Flandres.

4 août 1578 : Bataille de l’Oued el-Makhzen – dite aussi d’Alcazarquivir, ou « bataille des trois rois » – au cours de laquelle le roi Sébastien de Portugal et son protégé Mohammed el-Moutaouakil se noient dans la rivière en tentant de fuir pendant qu’Abdelmalek est emporté par la maladie. La victoire marocaine est totale et aura des conséquences dramatiques pour le Portugal qui avait perdu le meilleur de ses forces et dont le prince n’avait pas de descendant, ce qui allait entraîner en 1580 l’annexion du pays par l’Espagne de Philippe II, l’oncle du roi défunt. Le petit royaume lusitanien allait ainsi perdre pendant soixante ans son indépendance.

1578-1603 : Règne d’Ahmed el-Mansour, le frère d’Abdelmalek. Son règne correspond à une période de paix qui voit l’Empire ottoman renoncer à ses ambitions en direction de l’ouest, ce qui contribue à fortifier l’indépendance marocaine.

1581 : Les Marocains s’emparent des oasis du Touat qui constituaient une étape obligatoire sur la route menant du Sud algérien vers Tombouctou et Gao, une route qui avait progressivement supplanté celle passant par le Tafilalet. Le déclin du commerce transsaharien – dont les caravanes sont maintenant concurrencées par les caravelles portugaises qui vont directement sur les côtes guinéennes – et la volonté de contrôler les salines de Teghaza dont s’est emparé l’Empire songhay de Gao conduisent naturellement le Maroc à se tourner vers ces régions pour rétablir des échanges qui, pendant au moins sept siècles, s’étaient révélés très fructueux pour lui.

13 mars 1591 : Après avoir traversé le Sahara par Tindouf, Teghaza et Taoudeni, l’armée marocaine du pacha Djouder se heurte à Tondibi aux troupes de l’Askia de Gao qui sont rapidement mises en déroute. Gao est prise et l’Askia accepte toutes les conditions marocaines mais le sultan envoie des renforts confiés à un certain Mahmoud et exige davantage. Vaincu, l’Askia est tué, l’Empire songhay disparaît et un pachalik marocain est installé à Tombouctou où il se maintiendra jusqu’en 1660. Cette conquête ne modifiera pas profondément les échanges car l’or du Soudan continuera à s’exporter par la côte du golfe de Guinée ou par des itinéraires transsahariens aboutissant sur les côtes méditerranéennes contrôlées par les Ottomans.

1603 : À la mort du sultan, emporté par une épidémie de peste, le pays voit bientôt s’affronter ses fils proclamés sultans, l’un à Fès, l’autre à Marrakech. Moulay Zidane sort finalement vainqueur de la lutte l’opposant à ses frères Abou Faris et Al-Mamoun. Au cours des quarante ans qui suivent, plusieurs sultans saadiens se succèdent à Fès d’une part, à Marrakech de l’autre. Il faut attendre la victoire des Alaouites pour voir l’ordre et l’unité rétablis.

1609-1614 : Expulsion des Morisques d’Espagne. Un grand nombre d’entre eux vient s’installer au Maroc : ceux venus d’Estremadure près de Rabat, d’autres à Salé où ils fondent une république corsaire appelée à devenir fameuse et à multiplier ses expéditions dans tout l’Atlantique.

vendredi 11 mars 2011

Séisme au Japon (Tsunami)

 Séisme au Japon (Tsunami) 11 mars 2011

Le Japon a été touché par un terrible séisme, d’une magnitude de 8.9 sur l’échelle de Richter. L’épicentre était situé à 375 kilomètres de Tokyo, au large des côtes orientales du Japon et à une profondeur de 25 km. La durée de la secousse a été très longue, près de 5 minutes ce qui confirme l’importance du tremblement de terre. Plusieurs répliques ont eu lieu quelques minutes après le premier séisme violent de 8.9. Un précédent séisme avait eu lieu mercredi, d’une magnitude de 7.2, sans faire de dégâts.

 Séisme au Japon (Tsunami) 11 mars 2011


Une première vague de 4 mètres a touché les côtes du Japon. Un autre tsunami a frappé le port de Sendai avec des vagues de près de 10 mètres.
Une vague énorme devrait frapper les Etats-Unis, une vague qui arriverait sur les côtes à une vitesse de 700 km/h et qui devrait frapper la Californie dans 8h, vers 16h heure française. Près de 53 pays et territoires sont concernés par l’alerte tsunami dans le Pacifique.

Aeroport de Sendai apres le seisme 150x150 Séisme au Japon (Tsunami) 11 mars 2011

Explosion Reservoir Ichihara 150x150 Séisme au Japon (Tsunami) 11 mars 2011

Debris Kesennuma 150x150 Séisme au Japon (Tsunami) 11 mars 2011

Explosion a Chiba 150x150 Séisme au Japon (Tsunami) 11 mars 2011

Maisons en feu a Natori Japon 2011 150x150 Séisme au Japon (Tsunami) 11 mars 2011

Tsunami inondations Japon 150x150 Séisme au Japon (Tsunami) 11 mars 2011

Inondations tsunami Japon 2011 150x150 Séisme au Japon (Tsunami) 11 mars 2011

Maisons tsunami Japon 2011 150x150 Séisme au Japon (Tsunami) 11 mars 2011

JAPAN-QUAKE/

JAPAN-QUAKE/

JAPAN-QUAKE/

jeudi 10 mars 2011

Le Maroc, des Almoravides aux Almohades.

1031 : Fin du califat ommeyade de Cordoue. Il est remplacé par une vingtaine de principautés musulmanes, los reinos de taifas, bien incapables de faire face à la pression qu’exercent désormais les royaumes chrétiens du nord de la péninsule ibérique.

Vers 1035 : L’émir des Berbères Lemtunas, Yahia ben Ibrahim, fait appel à un saint homme, Abdallah ibn Yacine, pour lui demander de prendre la direction spirituelle de son peuple. À la tête d’une petite communauté formée de Lemtunas et de Goddalas – héritiers des Gétules des géographes antiques –, Ibn Yacine impose des règles de vie conformes au malékisme le plus rigoureux ; cette école théologique et juridique inspirée par Malik ibn Annas, mort en 795, s’était largement imposée dans l’Afrique du Nord sunnite. Réunis dans un fortin, un ribat, installé à proximité de la côte mauritanienne, les Voilés ou porteurs de litham, moulathimoun, – dont l’allure était semblable à celle de nos actuels Touaregs – vont devenir les Morabitoun dont nous avons fait les Almoravides. L’afflux des catéchumènes transforme rapidement ces croyants en guerriers qui vont donner à la razzia traditionnelle du désert la dimension de la guerre sainte.

1042-1052 : Les Almoravides réalisent la conquête du Sahara occidental.

1054 : Prise d’Aoudaghost, la porte du Soudan, du « pays des Noirs ».

1056 : Prise de Sidjilmassa où les Berbères Zénètes sont exterminés. Conquête du Sous et prise de Taroudant. Après la mort de Yahia ben Ibrahim, puis de son successeur Yahia ben Omar, tous deux tués au combat, c’est le frère de ce dernier Abou Bekr ben Omar qui devient l’émir des Almoravides, au moment où commence la conquête du Maroc au nord de l’Atlas.

1059 : Mort d’Abdallah ibn Yacine. Abou Bekr devant repartir vers le sud où se réveillent les luttes tribales, c’est son cousin Youssef ibn Tachfin qui prend et qui conservera la direction des opérations contre le Maroc, Abou Bekr mourant peu après au cours d’une de ses campagnes menées contre les Noirs païens soudanais.

1060 : Youssef établit une base d’opérations sur le cours supérieur de l’oued Tensift, là où se dressera bientôt Marrakech. Il transforme également l’outil militaire almoravide, limité jusque-là à une cavalerie légère organisée pour la razzia. Il met notamment sur pied une infanterie nombreuse et disciplinée.

1063 : Prise de Fès par les Almoravides. Elle se rebelle ensuite, avant d’être reprise et de voir sa population massacrée en 1070.

1079 : Youssef s’empare de Tlemcen, dans l’ouest algérien, de Oujda en 1081, puis de Ténés et d’Oran en 1082, avant d’atteindre le massif de l’Ouarsenis et la vallée du Chélif.

1084 : Prise de Ceuta, qui dépendait de la dynastie hammudide installée à Malaga. À ce moment, les Almoravides contrôlent toute la partie occidentale du Maghreb, jusqu’à hauteur d’Alger.

1085 : Prise de Tolède par le roi de Castille Alphonse VI. La pression chrétienne sur Al-Andalus se précise dangereusement et le roi musulman de Séville Al-Motamid se résout à faire appel aux Almoravides, de même que le roi de Badajoz Al-Motawakil.

23 octobre 1086 : Victoire des Almolravides et de leurs alliés andalous sur les Castillans au nord-est de Badajoz, lors du « Vendredi de Zallaca ».

1089 : Lors d’une deuxième expédition en Espagne, Youssef ibn Tachfin ne peut s’emparer du camp retranché chrétien d’Aledo qui entretient l’insécurité dans le sud-est d’Al-Andalus.

1090 : Troisième expédition de Youssef en Espagne. Il échoue devant Tolède mais s’empare de Grenade dont le roi musulman Abd Allah est jugé indigne du trône. Inquiets, plusieurs reyes de taifas recherchent l’alliance de la Castille.

1091 : La réaction almoravide est rapide et brutale. Avec l’appui d’une partie importante de la population musulmane ibérique, les Marocains se débarrassent des roitelets locaux, et s’installent à Cordoue et à Séville dont le roi Al-Motamid finit ses jours en prison au sud de Marrakech.

1094 : Les Almoravides s’emparent du royaume de Badajoz dont le roi Al-Motawakil – qui comptait parmi ceux qui les avaient appelés avant de se rapprocher du camp chrétien – est exécuté.

1094 : Rodrigo Diaz de Bivar, le Cid Campeador, réussit à prendre Valence et repousse ensuite les contre-attaques almoravides mais il disparaît en 1099 et sa veuve Jimena doit évacuer la ville en 1101.

1097 : Le roi de Castille Alphonse VI est vaincu à Consuegra et l’un de ses plus valeureux lieutenants, Alvar Fanez, l’est près de Cuenca.

Septembre 1106 : Youssef ibn Tachfin meurt à plus de quatre-vingt-dix ans, après avoir bâti un Empire qui va du Tage au Sénégal et des côtes algériennes au Soudan. Son fils, Ali ben Youssef, lui succède et demeurera à la tête de l’Empire jusqu’en 1143.

1108 : Les Almoravides battent les Castillans à Uclès. L’année suivante, Ali prend Talavera, Madrid et Guadalajara mais ne peut s’emparer de Tolède.

1115 : Les Almoravides réalisent la conquête des Baléares.

1118 : Le roi d’Aragon Alphonse le Batailleur prend Saragosse, passée depuis 1110 sous le contrôle des Almoravides.

1121 : Installation à Tinmel, dans le Haut Atlas au sud de Marrakech, d’Ibn Toumert et de ses fidèles « Almohades », Al-Mowahidoun, tenants de l’unicité de Dieu. Berbère originaire d’Igiliz, sur le versant septentrional de l’Atlas, Ibn Toumert avait voyagé en Orient où, prenant connaissance de la philosophie d’Al-Ghazali, des expériences des soufis et, peut-être, de la tradition chiite, il avait pu mesurer les limites de l’Islam malékite nord-africain. Revenu au Maghreb, il est chassé de Bougie, de Tlemcen et de Fès pour avoir voulu y faire interdire les instruments de musique et, menacé par les docteurs malékites inquiets de son influence grandissante, il part se réfugier chez les montagnards Masmoudas de l’Atlas ; ils constitueront la base ethnique initiale du mouvement almohade qui tirera ses forces vives des sociétés montagnardes et sédentaires hostiles aux nomades sahraouis qu’étaient les Almoravides. Surnommé « l"Imam infaillible et impeccable » – ce qui semble confirmer l’existence d’une influence chiite – ou le Mahdi, « l’Envoyé de Dieu », Ibn Toumert s’inscrivait aussi dans une tradition des prophètes ou mahdis héritiers des devins qui jouaient un rôle important dans les sociétés berbères traditionnelles et s’étaient déjà manifestés dans le Maroc des siècles précédents. L’attente messianique de la venue d’un sauveur chargé de purifier le monde du péché et de rétablir la justice sociale conforme à la volonté divine – on peut reconnaître là l’héritage du kharidjisme des premiers temps de l’Islam maghrébin – a évidemment préparé le terrain pour le développement de l’aventure almohade.

1129 : L’émir almohade Abd el-Moumen bat devant Aghmat les troupes almoravides qui tentaient de réduire Tinmel et les repousse jusqu’à Marrakech mais, peu préparés au combat en plaine, les Almohades doivent se replier sur leur repaire montagnard où le Mahdi Ibn Toumert meurt en 1130. Berbère Zénète de Tlemcen mais marié avec une Berbère Harga de l’Atlas marocain, Abd el-Moumen ne sera vraiment reconnu comme le successeur d’Ibn Toumert qu’en 1133 mais c’est lui qui, après avoir pris le titre de calife, va vaincre les Almoravides et réaliser la conquête du pays.

1131 : Un musulman espagnol, Saif al Daula (Zafadola) s’entend avec les Castillans contre les Almoravides, trop étrangers à la population musulmane ibérique.

1134 : Victoire almoravide de Fraga mais Ali ben Youssef doit rappeler au Maroc son fils Tachfin ben Ali car son pouvoir y est menacé par les Almohades.

1140-1141 : Les Almohades s’emparent des oasis du sud puis de Taza, échouent devant Ceuta mais prennent peu après Melilla et Alhucemas.

1145 : Victorieux devant Tlemcen, les Almohades poursuivent l’Almoravide Tachfin ben Ali jusqu’à Oran où il est tué. Oran, Tlemcen, Oujda et Meknès tombent ensuite, de même que Fès dont la garnison almoravide est massacrée. Salé et Ceuta se soumettent.

1145-1147 : Les révoltes déclenchées en Al-Andalus contre le pouvoir almoravide par les musulmans ibériques aboutissent à l’apparition de nouveaux reinos de taifas. Les Almoravides gardent Séville, Grenade et les Baléares mais ils ont été chassés de Cordoue, Badajoz, Ronda ou Malaga ; Ibn Mardanish, successeur de Zafadola, est le maître de Valence et de Murcie, tout en entretenant de bonnes relations avec les chrétiens. La chute de Lisbonne en 1147 et la prise d’Almeria la même année, celle de Tortosa, de Lerida et de Fraga au nord-est en 1148 semblent annoncer une reprise de la Reconquista. Dès 1146, Cadix et Jerez se sont ralliées aux Almohades. Badajoz, Séville, Cordoue et Grenade tombent entre leurs mains au cours des mois suivants ; les vainqueurs contrôlent ainsi tout le sud de la péninsule, l’est demeurant aux mains des princes musulmans indépendants, les Almoravides conservant pour leur part pendant un temps les Baléares.

Mars 1147 : Les Almohades s’emparent de Marrakech. Massacre de la garnison et de tous les représentants de la lignée almoravide. Abd el-Moumen édifie sur les ruines du palais almoravide la mosquée Koutoubiya.

1152 : Abd el-Moumen entame la conquête du Maghreb oriental où il entend écarter la menace que les nomades arabes hilaliens – expédiés par le calife fatimide d’Égypte contre les royaumes zirides et hammadides du Maghreb oriental – font peser en fait sur toutes les populations sédentaires de la région. Il doit également engager la guerre sainte contre les Normands de Sicile qui ont installé des points d’appui commerciaux sur les côtes tunisiennes et qui menacent Bougie. Avec l’aide du souverain ziride, le calife almohade bat les Hammadides et s’empare de Bougie. Il écrase les Arabes devant Sétif mais traite ensuite avec eux et installe certaines tribus dans le Maghreb occidental, contribuant ainsi à l’arabisation de régions demeurées jusque-là exclusivement berbères.

1157 : Les Almohades reprennent Almeria aux chrétiens.

1159 : Nouvelle campagne d’Abd el-Moumen dans l’est du Maghreb. Tunis, Sfax et Tripoli sont prises et la garnison normande de Madhiya se replie sur la Sicile. Les Almohades brisent également une tentative des nomades arabes contre Kairouan. Toute l’Afrique du Nord est désormais sous leur contrôle : leur autorité s’étend beaucoup plus loin vers l’est que celle des Almoravides. Abd el-Moumen va pouvoir désormais donner la priorité à l’Espagne.

1160 : Abd el-Moumen franchit le détroit et fait fortifier Gibraltar. L’un de ses lieutenants bat les Castillans près de Badajoz.

1163 : Mort d’Abd el-Moumen à Salé, au moment où il préparait une nouvelle expédition vers l’Espagne.

1163-1184 : Règne d’Abou Yakoub Youssouf, qui prend en 1167 le titre de calife. Fils d’un Zénète et d’une Masmouda, ce Berbère maghrébin – qui restera fidèle aux préceptes d’Ibn Toumert – n’en sera pas moins avant tout un Andalou. Valence se rallie aux Almohades et la mort d’Ibn Mardanish leur livre Murcie en 1172.

1177 : Le roi de Castille prend Cuenca. L’année suivante, le roi de Portugal pousse une entrada jusqu’à Séville. La permanence de la menace chrétienne conduit les Almohades à reprendre l’offensive.

1181 : Evora est reprise par les musulmans mais Abou Yakoub est tué en 1184 en assiégeant Santarem.

1184-1199 : Règne d’Abou Youssef Yakoub al-Mansour.

1184 : Ali ben Ghaniya, qui contrôlait toujours les Baléares au nom des Almoravides porte la lutte en Berbérie en s’emparant de Bougie et soulève ensuite des tribus bédouines contre l’autorité almohade. Alger, Miliana, Gafsa et Tripoli sont reprises. Seules Tunis et Mahdiya résistent en Ifriqiya alors que les nomades pillards poussent leurs razzias jusqu’aux oasis du sud marocain. L’intervention en 1187 d’Abou Youssef permet de briser ces révoltes. Ali et ses alliés sont vaincus près de Gafsa mais Abou Youssef, comptant les utiliser pour la guerre sainte qu’il mène en Espagne, installe de nouveau vers l’ouest des tribus bédouines, renforçant ainsi l’arabisation du Maghreb occidental. Les derniers Almoravides n’en poursuivent pas moins la lutte, créant une insécurité chronique en s’appuyant sur les Bédouins dans les régions de l’actuel sud tunisien.

10 juillet 1195 : Les Almohades remportent une grande victoire sur les chrétiens à Alarcos mais Tolède résiste à tous les assauts.

1199-1213 : Règne de Mohammed An Nasir, quatrième calife almohade.

1202 : L’Almoravide Yahia ben Ghaniya, qui a repris Mahdiya et Tripoli, vient assiéger Tunis et s’en empare. La réaction almohade est foudroyante et l’Almoravide subit une série de défaites qui redonnent à Mohammed an-Nasir le contrôle du Maghreb oriental. Les Baléares sont également conquises par les Almohades et, durant la première décennie du XIIIe siècle, la « paix almohade » règne de Séville au Sud marocain et de l’Atlantique à Tunis.

16 juillet 1212 : La victoire des chrétiens sur les forces almohades à Las Navas de Tolosa décide de l’issue de la Reconquista et annonce la fin inéluctable d’Al-Andalus, même si les vainqueurs ne peuvent exploiter immédiatement leur succès.

1213 : Al-Mostansir succède à son père An-Nasir. Dépourvu d’autorité, il laisse l’Empire almohade très affaibli quand il meurt en 1224. Le gouverneur almohade de Murcie cherche à s’emparer du pouvoir alors que le fils d’An-Nasir doit fuir Marrakech. Le gouverneur de Séville, Al-Mamoun, passe en Afrique et tente d’y établir son autorité en rétablissant la tradition malékite. Dès 1228, l’Espagne échappe à l’autorité marocaine et il en va de même du Maghreb oriental.

Vers 1216 : Les Beni Merine, nomades Zénètes venus du Sud, se font payer tribut par Fès et Taza. La réaction des Almohades les contraint à se replier mais, à la faveur du déclin du califat, ces nouveaux venus, qui ne présentent aucune originalité religieuse, à la différence des Almoravides et des Almohades, et qui ne s’inscrivent pas non plus dans une lignée chérifienne issue du Prophète – comme les Idrissides avant eux et les Alaouites après eux – sont avant tout de redoutables guerriers qui écriront à partir du dernier tiers du XIIIe siècle une nouvelle page de l’histoire marocaine.

1232 : Mort d’Al-Mamoun. Son fils, Abou Mohammed Abd el-Ouahid Ar-Rachid, règne de 1232 à 1242, reprend Marrakech, chasse de Fès les rebelles Beni Merine mais les révoltes locales se multiplient.

1242-1248 : Règne d’Abou Hassan. Il rétablit l’autorité almohade sur le Maroc, écarte du Maghreb central les Hafsides de Tunis mais disparaît prématurément. Son successeur, un arrière-petit-fils de Yakoub al-Mansour, ne règne plus que sur Marrakech et sa région et paie tribut aux Mérinides. L’un de ses cousins s’appuie sur ceux-ci pour établir son pouvoir dans la capitale du sud mais ses protecteurs se débarrassent de lui et prennent la ville en 1269, ce qui leur permet de se poser en successeurs de la dynastie née de la prédication d’Ibn Toumert.

À partir de 1245 : Les Mérinides entament la conquête du Maroc septentrional où ils font de Fès leur capitale, sous la conduite de Abou Yahia Abou Bakr qui, en occupant également les oasis sahariennes, isole Marrakech et rompt ses relations commerciales avec le Sud.

1248 : La prise de Séville par le roi de Castille Ferdinand III vient conclure la « Grande Reconquête », qui a déjà entraîné la reprise de Cordoue en 1236 et de Valence deux ans plus tard. Le petit royaume nasride de Grenade, tributaire de la Castille, demeure le dernier vestige de l’Al-Andalus musulman.

1258-1286 : Règne du Mérinide Abou Youssef Yakoub, qui succède à son frère Abou Yahia. Après avoir pris Marrakech en 1269, il réussit à imposer son autorité au Maroc et crée à Fès une nouvelle ville mais il doit compter avec l’hostilité du royaume abdelwalide de Tlemcen ; les quatre expéditions lancées en Espagne pour soutenir le royaume grenadin contre la menace castillane ne débouchent sur aucun résultat solide.

1286-1307 : Règne d’Abou Yakoub Youssef. Les Grenadins reprennent Tarifa aux Marocains et s’emparent même un temps de Ceuta. Le sultan mérinide est plus heureux contre les Abdelwalides de Tlemcen. Il conquiert presque tout leur territoire jusqu’à l’Ouarsenis mais il est assassiné alors qu’il assiège leur capitale. Son successeur, Abou Thabet, qui régnera moins d’un an, lève immédiatement le siège de la ville.

1308-1310 : Règne d’Abou Rabia, frère d’Abou Thabet. Il reprend Ceuta aux Musulmans espagnols mais meurt prématurément à vingt ans.

1310-1331 : Règne d’Abou Saïd Othman, fils d’Abou Youssef Yakoub, le fondateur de la dynastie, et grand oncle d’Abou Rabia.

1329 : Les Marocains reprennent aux Castillans Algésiras, véritable porte d’entrée dans la péninsule ibérique.

1331-1351 : Règne d’Abou Hassan


1337 : Abou Hassan s’empare de Tlemcen et impose son autorité jusque dans l’Algérois.

28 novembre 1340 : Bataille du Rio Salado. La victoire chrétienne condamne définitivement tout espoir de reconquête musulmane de l’Espagne.

1344 : Les Castillans reprennent Algésiras.

1347 : Abou Hassan détruit le royaume hafside de Tunis et rétablit l’autorité marocaine sur tout le Maghreb mais ce succès est de courte durée car les ravages de la peste noire, la révolte d’Abou Inane, le fils du sultan, la trahison des tribus arabes et la défaite subie face à elles devant Kairouan ruinent dès 1350 l’œuvre accomplie.

1351-1358 : Règne d’Abou Inane, qui meurt étranglé sur l’ordre de l’un de ses vizirs.

mardi 8 mars 2011

Le Maroc, de l’islamisation aux grands empires médiévaux

670 : Fondation de Kairouan, dans l’actuelle Tunisie, par les envahisseurs arabes.
681-683 : Campagne de Oqba ben Nafi jusque dans l’ouest du Maghreb. Il gagne Ceuta où le patrice byzantin Julien s’entend avec lui. Tanger (Tingi), qui résiste, est prise et sa population est réduite en esclavage. On ne sait pas précisément jusqu’où le conquérant s’est avancé le long des côtes atlantiques. Il est tué sur la route du retour, au sud de l’Aurès, lors du combat de Tahuda.

698 : Les Byzantins perdent définitivement Carthage. Le calife ommeyade de Damas confie à Musa ben Nusayr le commandement de l’Afrique du Nord. Musa entreprend au cours des années suivantes la conquête du futur Maroc en s’avançant vers les plaines atlantiques puis en s’emparant de la région de Volubilis tandis que l’un de ses fils pousse la pénétration du pays jusqu’au Sous. Les Berbères marocains se convertissent rapidement à l’Islam et, s’ils se soulèvent ensuite à plusieurs reprises contre les conquérants arabes, ils ne remettront jamais en cause leur adhésion à la religion musulmane.
Début du VIIIe siècle : Des Kharidjites s’établissent à Sidjilmassa dans le Tafilalet pour y fonder la ville qui sera au cours des siècles suivants le principal emporium du commerce transsaharien. C’est de là que partiront les caravanes en direction de l’Adrar et d’Aoudaghost, la porte du Bilad-al-Sudan, le Pays des Noirs. Les caravanes pourront ainsi accèder au royaume noir du Ghana puis – plus tard, au XIIIe siècle – par les salines de Teghaza et l’oasis d’Oualata au Mali et à Tombouctou. L’or venant du Bambouk, du Bouré ou du Lobi, c’est-à-dire des régions voisines du Sénégal, du Niger et de la Volta empruntera pendant des siècles ces mêmes pistes du sud vers le nord.
711-715 : Les envahisseurs venus du Maroc sous la conduite de Tarik et de Musa détruisent, après avoir remporté la victoire du rio Guadalete, le royaume wisigothique d’Espagne et ne laissent aux chrétiens ibériques qu’un modeste réduit territorial, établi autour du Pays basque et des Monts Cantabriques. Le reste de la péninsule passe sous le contrôle des conquérants arabes et berbères pour devenir, pendant plusieurs siècles Al-Andalus, c’est-à-dire l’Espagne musulmane qui entretiendra des rapports étroits avec le Maroc dont elle ne sera séparée que par le détroit de Gibraltar. La conquête de l’Espagne a contribué à créer une solidarité, née de la razzia, entre les nouveaux venus arabes et les populations berbères marocaines qui ne participèrent pas à la résistance menée plus à l’est avec Qusayla et la Kahina contre les envahisseurs orientaux.
740 : Intégré à l’Empire ommeyade des califes de Damas dès 708, le Maroc s’en trouve séparé en se ralliant au kharidjisme. Cette hérésie est née à la faveur de la guerre de succession qui a suivi la mort du calife Othman. Parmi les partisans d’Ali, le gendre du Prophète, certains lui reprochèrent alors sa volonté de compromis avec son adversaire, l’Ommeyade Mo’awiya, et se séparèrent de lui. Ali fut même assassiné quelque temps plus tard par un kharidjite. Contre les tenants d’une succession héréditaire, les kharidjites vont réclamer que le calife soit élu par tous les musulmans. Ils considèrent également que ceux-ci sont tous égaux, qu’il s’agisse des Arabes, touchés les premiers par la nouvelle révélation, ou les convertis qui s’y sont ralliés ensuite. Les maladresses et les abus commis par certains gouverneurs arabes favorisèrent l’extension de la révolte, qui débute dès 734. En 742, une armée califale envoyée en renfort est détruite sur les rives de l’oued Sebou.
750 : Le remplacement de la dynastie ommeyade par celle des Abbassides, qui établit bientôt à Bagdad le centre de gravité de l’espace musulman, entraîne le développement de l’anarchie dans l’ensemble du Maghreb. Le califat parvient ensuite à rétablir son autorité à Kairouan et en Ifriqiya – l’ancienne province d’Afrique romaine – mais perd le contrôle de toute la partie occidentale de la Berbérie où s’établissent des petits royaumes kharidjites tels que celui de Sidjilmassa au Maroc. Alors que la Tunisie – où la dynastie aghlabide reconnaît l’autorité du calife – ou les régions appelées à constituer plus tard l’Algérie connaîtront de nouveau la domination orientale – à partir de l’expansion ottomane dans ce deuxième cas – le Maroc en demeurera désormais presque totalement indépendant. Une fois cette indépendance acquise, l’influence du kharidjisme ira en déclinant. Il n’avait été que le prétexte religieux d’une réaction autochtone face à l’hégémonie arabo-orientale. Le rayonnement ultérieur de Kairouan et de Cordoue ramène rapidement le Maghreb, dès les IXe et Xe siècles, vers la tradition sunnite – sans oublier cependant, dans l’est de la région, l’épisode chi’ite correspondant à l’apparition du Califat fatimide. Les Berbères – qui se sont débarrassés de la domination des conquérants arabes tout en adhérant à l’Islam – n’hésitent pas cependant à choisir comme fondateurs des royaumes qui voient alors le jour des chefs venus d’Orient : Ibrahim ibn Aghlab à Tunis, Ibn Rostem à Tahert, Idriss à Volubilis ; le même phénomène se reproduit à Cordoue avec l’Ommeyade Abd er Rahman.
786 : La défaite subie en Orient par les insurgés chiites favorables aux descendants d’Ali, le gendre du Prophète, conduit un de leurs chefs Idriss, issu de Hassan le premier fils d’Ali et donc du Prophète, à fuir vers l’Occident. Il est accueilli dans la région de Volubilis (Oualili) par les Berbères Awarba.
788-791 : Règne d’Idriss Ier, qui réunit autour de lui une coalition de tribus berbères liée aux Awarba et peut ainsi prendre le contrôle du nord de l’actuel Maroc, pousser vers l’est jusqu’à la région de Taza, vers le sud jusqu’au Tadla et vers l’ouest jusqu’aux plaines atlantiques.
789 : Fondation de Fès par Idriss Ier, dans une région fertile, riche en eau, sur la rive droite de l’oued Fès, à l’emplacement de l’actuel quartier des Andalous.
791 : Mort d’Idriss Ier, peut-être empoisonné sur l’ordre du Calife de Bagdad Haroun al-Rachid.
803-828 : Règne d’Idriss II. Fils posthume d’Idriss Ier, il n’est proclamé qu’à l’âge de douze ans, après une régence exercée par Rachid, un affranchi de son père, puis par Abou Khaled. Une fois au pouvoir, Idriss II prend soin de maintenir la coalition berbère qui avait assuré la victoire paternelle mais constitue une administration et une garde personnelle formées surtout d’Arabes.
809 : Idriss II fonde à Fès une nouvelle ville baptisée Al-Aliya, sur la rive gauche de l’oued Fès, à l’emplacement de l’actuel quartier des Kairouanais. La ville devient alors la capitale du royaume idrisside. Elle s’enrichit en 818 de l’apport de nouveaux venus qui sont les réfugiés partis de Cordoue lors de la répression consécutive à la révolte déclenchée contre l’émir ommeyade Al-Hakim Ier. D’autres réfugiés fuyant les persécutions des Aghlabides arrivèrent également de Kairouan et de l’est du Maghreb. Ce n’est que durant la période almoravide que les deux villes ainsi créées de part et d’autre de l’oued n’en constitueront plus qu’une, enfermée dans une enceinte commune.
828-848 : Règne de Mohammed, fils d’Idriss II.
848 : Yahia, fils de Mohammed, succède à son père. Il abandonne le pouvoir à ses oncles et l’État idrisside se dissocie rapidement.
920 : Fès est prise par une armée berbère commandée par Mesala ben Mabbous, gouverneur de Tahert pour le compte des Fatimides du Maghreb oriental.
974 : Les derniers émirs idrissides établis dans la région de Tanger sont vaincus par une expédition ommeyade venue d’Espagne. Les Idrissides ont joué un rôle fondateur en établissant la tradition chérifienne, en luttant contre le kharidjisme des tribus et en préparant ainsi la victoire de l’orthodoxie sunnite, en développant enfin la civilisation urbaine qui contribuera aux progrès de l’islamisation en profondeur du pays.