Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

lundi 29 décembre 2008

Adieu l'automne, bonjour l'hiver



Avec ces belles photos on dit au revoir à l' automne qui est une saison magnifique avec ses sublimes couleurs.


Maintenant c'est l'hiver, adieu les belles couleurs !



Encore de bien belles photos, c'est superbe.


o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o

Conseils pour bien passer l’hiver

C’est la saison des frimas, des rhumes et des baisses de moral. Comment traverser l’hiver en gardant son baromètre au beau fixe ?

On se couvre juste ce qu’il faut

Trop se couvrir pendant la saison froide accentue la différence entre la température corporelle et celle de l’extérieur. Il est conseillé d’utiliser des vêtements en matières naturelles : cela évite de transpirer et de conserver sur le corps une humidité qui refroidit l’organisme. Une fois dehors, couvrez-vous la tête car 80 % de la chaleur corporelle s’échappe par le sommet du crâne. Même conseil pour les mains et les pieds, mal vascularisés en hiver et donc froids et douloureux. Portez donc des gants, et renoncez aux bottes et chaussures trop étroites, qui coupent la circulation sanguine (vous devez pouvoir remuer vos orteils).

On ne chauffe pas trop

L’hiver, on passe sans cesse du chaud au froid, entre intérieur et extérieur. Or ces écarts thermiques fatiguent notre organisme. Evitez de trop chauffer vos lieux de vie (autour de 18 degrés). Pour dormir, une chambre fraîche et aérée procure un meilleur sommeil.

On s’expose à la lumière

Le manque de soleil vous déprime ? Certaines personnes présentent une « dépression saisonnière ». Cette affection est due à la diminution de l’intensité et de la durée de la lumière, qui nous fait sécréter trop de mélatonine, l’hormone du sommeil. La luminothérapie permet d’y remédier : on s’installe devant un panneau qui projette une lumière dont la composition est proche de celle du spectre solaire. A faire de préférence le matin, une demi-heure à une heure, chez un kiné ou à l’hôpital. Faites aussi du sport ou de la marche.

On anticipe le mal de gorge

Douleurs à la déglutition, picotements… ce sont les premiers signes d’une inflammation des muqueuses. Sucez des pastilles de vitamine C qui atténueront la douleur, utilisez un spray antiseptique et antalgique contre l’infection (mais pas d’usage prolongé pour éviter de modifier l’équilibre microbien naturel de la gorge). Les adeptes des médecines douces choisiront les infusions de mauve, de guimauve, de tussilage ou encore de serpolet pour soulager la douleur. A sucrer avec du miel de thym, excellent antibiotique naturel. Et, si vous ne craignez pas son goût relevé, l’ail est tout indiqué en infusion avec un jus de citron, du gingembre frais et du miel.

On s’immunise contre le rhume

Quelques règles suffisent parfois à éviter de s’enrhumer : ne pas hésiter à éternuer, c’est une réaction de protection de l’organisme ; ne pas trop se couvrir, excepté la tête et les mains  ; se laver fréquemment les mains pour éviter la contamination ; se nettoyer le nez avec de l’eau de mer dialysée ; bien se moucher pour lutter contre l’obstruction nasale ; boire le jus d’un citron avec du miel et une cuillère à café de cannelle en poudre ; vaporiser sur un mouchoir en tissu un mélange d’huiles essentielles de lavande, pin, menthe et thym que vous respirerez plusieurs fois par jour. Pour dégager les voies respiratoires, faire des inhalations à base d’eucalyptus, de thym.

On force sur les vitamines

C’est la saison pour faire une cure de vitamine C : en période d’exposition à la grippe, l’idéal est d’en consommer 500 milligrammes à 1 gramme par jour. Où la trouver ? Dans les kiwis, les oranges, le cassis et le persil. Associez-y du carotène, qu’on trouve dans les carottes (à la teneur record en provitamine A, bénéfique pour les défenses immunitaires), les épinards et les abricots secs. L’hiver est aussi la saison reine pour les légumes secs (lentilles, pois, fèves et haricots secs), qui aident à produire de la sérotonine, l’hormone de l’éveil. Sans oublier le chou, excellent désinfectant du nez et des sinus, et les huîtres, riches en protéines, fer, magnésium, phosphore, sodium, zinc, cuivre, vitamines B et C.

On prévient la grippe

Si vous ne vous êtes pas fait vacciner, armez-vous contre la grippe avec des traitements préventifs comme l’Influenzinum, un médicament homéopathique préparé chaque année à partir de souches de virus de la grippe sélectionnés par l’Oms. Certaines plantes aussi sont connues pour leurs vertus anti-infectieuses : thym, lavande, échinacée, ginseng, kola, etc. Demandez conseil à votre pharmacien. Faites une cure d’oligo-éléments comme le cuivre pour ses propriétés antivirales mais aussi pour son action antiseptique, préventive et curative contre les infections. Les aliments les plus riches en cuivre sont le foie de bœuf, les huîtres, le soja, les amandes. Il est conseillé d’en prendre en complément, une ou deux ampoules par jour, en période d’épidémie de grippe. Le zinc, lui, protège le système immunitaire. On le trouve dans les viandes, les poissons, les céréales et les légumes secs. Enfin, consommez des protéines pour doper vos défenses immunitaires et apprenez à vous relaxer afin que votre organisme puisse réagir.


samedi 27 décembre 2008

Bonne et heureuse nouvelle année de l'Hégire 1430

La nouvelle année musulmane de l'Hégire,
sera le 1er Moharrem 1430,
correspondant au lundi 29 décembre 2008.

Meilleurs vœux de santé, de bonheur et de prospérité

-o-o-o-o-o-o-

L'HEGIRE 1430

Issu du verbe arabe hàjara, qui veut dire "émigrer", ce mot désigne le début de l'ère musulmane.C'est en effet en 622, que le prophète Mohammed quitte la Mecque idolâtre qui ne l'accepte pas comme prophète. Il émigre avec une centaine de ses compagnons (les "muhajirun") à Yatrib, à quelques centaines de kilomètres de La Mecque. A Yatrib, Mohammed et ses compagnons sont accueillis par les deux tribus des Aws et des Khazraj, appelés les " Ansars " (ceux qui ont aidés).

Une nouvelle vie commence à Yatrib, pour le prophète et ses compagnons. Yatrib devient Médine (en arabe "la ville"), la ville par excellence et, plus tard, la Ville du Prophète (Madina en Nabi). A Médine, c'est le commencement d'une ère nouvelle, celle de la première communauté musulmane. C'est cette première année hégirienne, qui commence l'année musulmane, date qui règle encore aujourd'hui le calendrier des musulmans, qui marque le XVe siècle de l'ère musulmane.

L'Hégire est fêtée, dans le calendrier musulman, comme le premier jour de l'année musulmane. Ce n'est pas une fête fixe dans le calendrier civil que l'on connaît, car elle est fixée sur l'année lunaire (354 jours) et recule donc chaque année, comme les autres fêtes musulmanes, de 11 jours sur l'année solaire qui en compte 365. La fête de l'Hégire ne donne pas lieu à de grandes festivités dans le monde musulman, comme c'est le cas pour l'Aïd es seghir (la petite fête) à la fin du Ramadan ou l'Aïd el kebir (la grande fête) ou Aïd el Adha, ou Tabaski, à la fin du pèlerinage à la Mecque. Elle marque simplement le début de l'année musulmane et l'anniversaire de cette migration du prophète et de ses compagnons en 622 (16 Juillet ) de La Mecque à Médine.

vendredi 26 décembre 2008

La plage Parlee.


Certes les plus belles plages de l’Amérique du Nord se situent sur la côte sud-est du Nouveau-Brunswick.
 
À la célèbre plage Parlee, le soleil brille pour tout le monde!
 
 
C’est l’endroit parfait pour se détendre et se divertir entre amis et en famille.
 
 
 Supervisée par de sympathiques sauveteurs, elle offre tous les plaisirs typiques de la plage : baignade, volleyball, bains de soleil, châteaux de sable, camping et une pléiade de jeux.
 
La célèbre plage Parlee de Shédiac, un parc provincial, est fière de posséder des kilomètres de plages de sable doré, les eaux salées les plus chaudes au nord de la Virginie, amplement de stationnements et une plage supervisée, à seulement 20 minutes du centre-ville de Moncton.

jeudi 25 décembre 2008

Bonne année 2009 et Meilleurs voeux pour tous.


Je vous présente à tous
mes meilleurs vœux
de bonheur et de prospérité
pour 2009


En Français : Bonne année
En Anglais : Happy new year
En Arabe : aam saiid. sana saiida
En Japonais : akemashite omedetô
En Chinois : Sun nien fai lok
Pour le Chinois Mandarin : Xin nian yu kuai
En Italien : felice anno nuovo OU buon anno
En Portugais : feliz ano novo
En Danois : Godt Nytår
En Allemand : Gutes Neues Jahr
En Iran : Aide shoma mobarak
En Albanais : Gëzuar vitin e ri
En Hawaiien : Hauoli Makahiki Hou
En Hebreux : Shanah tovah
En Vietnamien : Nyob zoo xyoo tshiab
En Indonesien : Elamat Tahun Baru
En Afrikaans : gelukkige nuwejaar
En Arménien : shnorhavor nor tari
En Azeri : yeni iliniz mubarek
En Bambara : bonne année
En Bas Saxon : gelükkig nyjaar
En Bengali : subho nababarsho
En Berbère : asgwas amegas
En Beti : mbembe mbu
En Bioelorusse : Z novym hodam
En Birman : hnit thit ku mingalar pa
En Bobo : bonne année
En Bosniaque : sretna nova godina
En Bulgare : chestita nova godina
En Cantonais : kung hé fat tsoi
En Catalan : bon any nou
En Coréen : seh heh bok mani bat uh seyo
En Croate : sretna nova godina
En Espagnol : feliz año nuevo
En Esperanteo : felicxan novan jaron
En Estonien : head uut aastat
En Feroien : gott nýggjár
En Finnois : onnellista uutta vuotta
En Flamand : gelukkig Nieuwjaar
En Frison : lokkich neijier
En Frioulan : bon an
En Gaélique d'Ecosse : bliadhna mhath ur
En Gaélique d'Irlande : ath bhliain faoi mhaise
En Galicien : feliz aninovo
En Gallo : Bónn anaèy
En Gallois :blwyddyn newydd dda
En Géorgien : gilocavt akhal tsels
En Grec : kali chronia OU kali xronia
En Gujarati : sal mubarak
En Guarani :rogüerohory año nuévo-re
En Hindi : nav varsh ki subhkamna
En Hmong : nyob zoo xyoo tshiab
En Hongrois : boldog új évet
En Indonésien : selamat tahun baru
En Islandais : farsælt komandi ár
En Javanais : sugeng warsa enggal
En Kabyle : asseguèsse-ameguèsse
En Kannada : hosa varshada shubhaashayagalu
EN Kazakh : zhana zhiliniz kutti bolsin
En Khmer : sur sdei chhnam thmei
En Kirundi : umwaka mwiza
En Kurde : sala we ya nû pîroz be
En Lao : sabai di pi mai
En Latin : felix sit annus novus
En Letton : laimigu Jauno gadu
En Ligure : feliçe annu nœvu
En Lingala : mbula ya sika elamu na tonbeli yo OU bonana
En Lituanien : laimingu Naujuju Metu
En Luxembourgeoins : e gudd neit Joër
En Macédonien : srekna nova godina
En Malais : selamat tahun baru
En Malgache : arahaba tratry ny taona
En Maltais : is-sena t-tajba
En Maori : kia hari te tau hou
En Marathi : navin varshaachya hardik shubbheccha
En Mongol : shine jiliin bayariin mend hurgeye
En Moré : wênd na kô-d yuum-songo
En Néerlandais : gelukkig Nieuwjaar
En Occitan : bona annada
En Ourdou : naya saal mubarik
En Ouzbek : yangi yilingiz qutlug' bo'lsin
En Persan : sâle no mobârak
En Polonais : szczesliwego nowego roku
En Romanche : bun di bun onn
En Romani : bangi vasilica baxt
En Roumain : un an nou fericit OU la multi ani
En Russe : novim godom
En Samoan : ia manuia le tausaga fou
En Sango : nzoni fini ngou
En Sarde : bonu annu nou
En Serbe : srecna nova godina
En Shimaroé : mwaha mwema
En Shona : goredzwa rakanaka
En Sindhi : nain saal joon wadhayoon
En Sinhala : suba aluth avuruddak vewa
En Slovaque : stastlivy novy rok

dimanche 14 décembre 2008

Le temps passe trop vite.

J’ai toujours eu du mal avec le temps qui passe…et qui à mon goût passe trop vite.
Enfance, les années scolaires, les vacances, temps de l’insouciance.

Adolescence, le temps de tous les doutes et de tous les rêves.
Fiançailles, le temps de beaucoup d’espoir.

Jeunes mariés, le temps d’adaptation, de découverte de l’autre, de la douceur de la présence.
Futurs parents, le temps d’attente heureuse, d’élaboration de projets.
Jeunes parents, le temps d’adaptation, d’émerveillement. Activités professionnelles, activités familiales, activités religieuses, le temps de l’engagement tous azimuts.
Parents mûrissants, le temps des examens et des choix professionnels des enfants, le temps de leur installation ailleurs.
Parents grisonnants, temps de la retraite -super active, comme il se doit-, des retrouvailles à deux -très plaisante, malgré le vide laissé par l’envol des enfants.
Parents aux forces qui diminuent, aux projets plus rares et aux souvenirs plus nombreux, le temps de la nostalgie, des regrets ?
Oui, je l’avoue, j’ai du mal avec le temps qui passe, …et qui passe trop vite.
Pourtant, j’ai profité pleinement de tous ces temps différents que Dieu dans sa bonté m’a accordés et je les ai vécus intensément.
Ils ont été enrichissants et épanouissant, parfois éprouvants, décevants, mais vécus dans la présence du Seigneur.




mercredi 10 décembre 2008

Nos écoles rurales souffrent de l'absence d'eau potable, d'installations sanitaires et d’électricité.

Le problème d'absence des infrastructures les plus élémentaires dans nos écoles rurales comme

les toilettes et l'eau potable, obligent souvent les élèves, en particulier les filles, à abandonner l’école.

Ce qui contribue davantage à l'augmentation de la déperdition scolaire dans notre région, due également, faut-il le rappeler, à l'éloignement des établissements scolaires des domiciles des enfants, la majorité des écoles se situent à des kilomètres des lieux d’habitation. Parfois, les classes sont installées dans des régions d'accès difficile.
Les routes sont parfois dangereuses pour ces écoliers qui parcourent des kilomètres par jour. A cela s'ajoute le manque d'alimentation en électricité. Une autre difficulté qui complique davantage la situation.
Outre l’absence de logements de fonction décents pour les instituteurs, certaines écoles souffrent d'un manque de classes spécifiques pour chaque niveau. Des élèves de différents niveaux se trouvent entassés dans une seule et même salle de classe. Ce qui rend les conditions d'apprentissage très difficiles, voire impossibles.
Tous ces problèmes créent des conditions défavorables pour le réussite scolaire des enfants de notre région.